Ces heurts se sont produits à la suite de l'interdiction par les autorités d'une marche de soutien aux détenus d'opinion. Selon le site de Radio M, "ces affrontements se sont poursuivis jeudi après s'être prolongés tard dans la nuit de mercredi et les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants". Les manifestants interpellés lors des échauffourées de mercredi ont été relâchés tard dans la nuit de mercredi à jeudi, selon la radio qui ne précise pas leur nombre. Sur sa page Facebook, la LADDH a fait état du "retour des affrontements entre les citoyens et les forces anti-émeutes à Kherrata" et a appelé au "calme et à la vigilance pour la sauvegarde du caractère pacifique du Hirak". Né en février 2019 d'un rejet d'un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, président aphasique, le mouvement s'est poursuivi malgré l'éviction de M. Bouteflika et de son clan, puis l'élection d'un nouveau chef de l'Etat, Abdelmajdid Tebboune. Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites. (Belga)

Ces heurts se sont produits à la suite de l'interdiction par les autorités d'une marche de soutien aux détenus d'opinion. Selon le site de Radio M, "ces affrontements se sont poursuivis jeudi après s'être prolongés tard dans la nuit de mercredi et les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants". Les manifestants interpellés lors des échauffourées de mercredi ont été relâchés tard dans la nuit de mercredi à jeudi, selon la radio qui ne précise pas leur nombre. Sur sa page Facebook, la LADDH a fait état du "retour des affrontements entre les citoyens et les forces anti-émeutes à Kherrata" et a appelé au "calme et à la vigilance pour la sauvegarde du caractère pacifique du Hirak". Né en février 2019 d'un rejet d'un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, président aphasique, le mouvement s'est poursuivi malgré l'éviction de M. Bouteflika et de son clan, puis l'élection d'un nouveau chef de l'Etat, Abdelmajdid Tebboune. Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites. (Belga)