Les passeports ont été restitués par l'intermédiaire de son avocat à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) et ont été saisis par les policiers dans le cadre de l'enquête ouverte le 29 décembre pour "abus de confiance", selon une source proche de l'enquête et le parquet de Paris. Les investigations visent aussi l'"usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle" et l'"exercice d'une activité dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ou d'une activité réservée aux officiers publics ou ministériels". Les enquêteurs cherchent à déterminer l'utilisation faite par Alexandre Benalla de ces documents, au coeur d'une nouvelle controverse embarrassante pour l'exécutif qui a éclaté fin décembre. Alexandre Benalla avait déjà été au coeur d'une tempête politico-judiciaire née de révélations sur son rôle présumé dans des interpellations violentes menées au côté de la police le 1er mai à Paris. Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, avait été saisi par le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après des informations de presse faisant état d'un voyage en Afrique de l'ancien collaborateur de la présidence effectué avec ces passeports qu'il avait obtenus le 24 mai, après sa mise à pied liée à ces violences en marge des manifestations du 1er mai et pour lesquelles il été mis en examen deux fois. (Belga)

Les passeports ont été restitués par l'intermédiaire de son avocat à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) et ont été saisis par les policiers dans le cadre de l'enquête ouverte le 29 décembre pour "abus de confiance", selon une source proche de l'enquête et le parquet de Paris. Les investigations visent aussi l'"usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle" et l'"exercice d'une activité dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ou d'une activité réservée aux officiers publics ou ministériels". Les enquêteurs cherchent à déterminer l'utilisation faite par Alexandre Benalla de ces documents, au coeur d'une nouvelle controverse embarrassante pour l'exécutif qui a éclaté fin décembre. Alexandre Benalla avait déjà été au coeur d'une tempête politico-judiciaire née de révélations sur son rôle présumé dans des interpellations violentes menées au côté de la police le 1er mai à Paris. Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, avait été saisi par le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après des informations de presse faisant état d'un voyage en Afrique de l'ancien collaborateur de la présidence effectué avec ces passeports qu'il avait obtenus le 24 mai, après sa mise à pied liée à ces violences en marge des manifestations du 1er mai et pour lesquelles il été mis en examen deux fois. (Belga)