Le plan présenté suit la volonté de la Belgique en ce sens qu'il comporte aussi bien des prêts que des subsides, et lie les aides "à des conditions et des réformes", pointe le ministre. "C'est la seule façon pour l'Europe de sortir plus forte de cette crise." La Commission agit intelligemment en proposant d'emprunter elle-même sur les marchés financiers, pour profiter de sa bonne notation financière qui permet des taux d'intérêt avantageux, rappelle le ministre des Finances, qui espère voir cette proposition adoptée par les 27 Etats membres. Dans ce débat, il faut "sortir" des oppositions stériles "nord contre sud", qui se manifestent depuis des mois dans les difficiles tractations autour du budget pluriannuel de l'Union, lance-t-il. Comme l'ont rappelé aussi au Parlement européen des élus de différents bords, les pays du "nord" de l'Europe qui s'opposent ces derniers mois aux demandes de l'Italie (entre autres) d'une forme d'endettement commun auraient beaucoup à perdre d'un marché unique grevé par un pays qui sombre financièrement. "Avec les pays scandinaves, l'Autriche et les Pays-Bas, la Belgique fait partie des pays qui profitent le plus du marché unique européen. Chaque jour, nous gagnons plus de 4% grâce à notre accès au marché unique européen. La Belgique a tout intérêt à ce que l'économie européenne se remette rapidement sur pied et à ce qu'aucun pays du Sud ne sombre", a plaidé M. De Croo. (Belga)

Le plan présenté suit la volonté de la Belgique en ce sens qu'il comporte aussi bien des prêts que des subsides, et lie les aides "à des conditions et des réformes", pointe le ministre. "C'est la seule façon pour l'Europe de sortir plus forte de cette crise." La Commission agit intelligemment en proposant d'emprunter elle-même sur les marchés financiers, pour profiter de sa bonne notation financière qui permet des taux d'intérêt avantageux, rappelle le ministre des Finances, qui espère voir cette proposition adoptée par les 27 Etats membres. Dans ce débat, il faut "sortir" des oppositions stériles "nord contre sud", qui se manifestent depuis des mois dans les difficiles tractations autour du budget pluriannuel de l'Union, lance-t-il. Comme l'ont rappelé aussi au Parlement européen des élus de différents bords, les pays du "nord" de l'Europe qui s'opposent ces derniers mois aux demandes de l'Italie (entre autres) d'une forme d'endettement commun auraient beaucoup à perdre d'un marché unique grevé par un pays qui sombre financièrement. "Avec les pays scandinaves, l'Autriche et les Pays-Bas, la Belgique fait partie des pays qui profitent le plus du marché unique européen. Chaque jour, nous gagnons plus de 4% grâce à notre accès au marché unique européen. La Belgique a tout intérêt à ce que l'économie européenne se remette rapidement sur pied et à ce qu'aucun pays du Sud ne sombre", a plaidé M. De Croo. (Belga)