"Quand l'Eglise entreprendra-t-elle une action pour ouvrir les monastères et abbayes (vides)? ", s'est interrogé le ministre sur Twitter.

"J'entends le pape François réclamer plus de compassion pour les réfugiés. Mais l'Eglise en Belgique est restée à ce jour silencieuse sur le sujet", a affirmé le ministre à Belga. "D'autre part, le nouvel archevêque a déclaré qu'il allait se pencher sur la manière dont l'Eglise va gérer son patrimoine."

Le vice-premier ministre a mis la question dimanche soir sur la table du conseil des ministres restreint. Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA) devrait prendre contact avec les instances ecclésiastiques. Alexander De Croo serait "surpris que le silence demeure à ce sujet." Ces derniers mois, le gouvernement a été constamment à la recherche de nouveaux lieux pour accueillir les réfugiés qui arrivent en Belgique.

"Nous avons ces derniers mois déployé tous les moyens pour trouver de bonnes solutions d'accueil. Depuis août, il s'agit de 3 à 4.000 places par mois. Parfois cela se passe bien, mais parfois nous devons trouver des solutions d'urgence comme dans des hangars de l'armée", a encore expliqué le ministre De Croo.

"Quand l'Eglise entreprendra-t-elle une action pour ouvrir les monastères et abbayes (vides)? ", s'est interrogé le ministre sur Twitter. "J'entends le pape François réclamer plus de compassion pour les réfugiés. Mais l'Eglise en Belgique est restée à ce jour silencieuse sur le sujet", a affirmé le ministre à Belga. "D'autre part, le nouvel archevêque a déclaré qu'il allait se pencher sur la manière dont l'Eglise va gérer son patrimoine." Le vice-premier ministre a mis la question dimanche soir sur la table du conseil des ministres restreint. Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA) devrait prendre contact avec les instances ecclésiastiques. Alexander De Croo serait "surpris que le silence demeure à ce sujet." Ces derniers mois, le gouvernement a été constamment à la recherche de nouveaux lieux pour accueillir les réfugiés qui arrivent en Belgique. "Nous avons ces derniers mois déployé tous les moyens pour trouver de bonnes solutions d'accueil. Depuis août, il s'agit de 3 à 4.000 places par mois. Parfois cela se passe bien, mais parfois nous devons trouver des solutions d'urgence comme dans des hangars de l'armée", a encore expliqué le ministre De Croo.