Selon le parquet, "les faits sont constitutifs de menaces écrites d'un attentat criminel, avec ordre ou sous conditions, une infraction punie d'une peine d'emprisonnement de 6 mois à 5 ans". Pour rappel, la maison communale avait reçu vendredi matin par courrier ordinaire une lettre contenant de la poudre et qui était adressée au député-bourgmestre Emir Kir, alors à l'étranger. Le message de menace l'invitait "à quitter la Belgique pour rejoindre son 'ami Hitler Erdogan'". Conformément à la procédure à suivre en cas de suspicion d'anthrax, la police avait déployé un important dispositif pour mettre en place un périmètre de sécurité à proximité de la maison communale. Le périmètre de sécurité avait été levé en début d'après-midi. Les mesures de sécurité prises dans la foulée dans l'incident, ont depuis été levées également. Les pompiers et la protection civile avaient également été mobilisés. Par mesure de sécurité, 13 personnes, dont cinq qui avaient été en contact direct avec le produit suspect et huit en contact indirect, avaient été placées en cellule de décontamination à l'hôpital Saint-Pierre. Elles avaient pu quitté l'établissement le jour-même. (Belga)

Selon le parquet, "les faits sont constitutifs de menaces écrites d'un attentat criminel, avec ordre ou sous conditions, une infraction punie d'une peine d'emprisonnement de 6 mois à 5 ans". Pour rappel, la maison communale avait reçu vendredi matin par courrier ordinaire une lettre contenant de la poudre et qui était adressée au député-bourgmestre Emir Kir, alors à l'étranger. Le message de menace l'invitait "à quitter la Belgique pour rejoindre son 'ami Hitler Erdogan'". Conformément à la procédure à suivre en cas de suspicion d'anthrax, la police avait déployé un important dispositif pour mettre en place un périmètre de sécurité à proximité de la maison communale. Le périmètre de sécurité avait été levé en début d'après-midi. Les mesures de sécurité prises dans la foulée dans l'incident, ont depuis été levées également. Les pompiers et la protection civile avaient également été mobilisés. Par mesure de sécurité, 13 personnes, dont cinq qui avaient été en contact direct avec le produit suspect et huit en contact indirect, avaient été placées en cellule de décontamination à l'hôpital Saint-Pierre. Elles avaient pu quitté l'établissement le jour-même. (Belga)