Un scénario circulant actuellement entre la rue de la Loi et le château de Laeken verrait le roi Albert II abdiquer le 21 juillet 2013 au profit de son fils Philippe, rapporte vendredi le journal Le Soir, précisant toutefois qu'aucune confirmation officielle n'a pu être obtenue auprès du Palais royal qui, au contraire, dément.

Cette date correspondrait à la fin de la vingtième année de règne du souverain, qui sera alors âgé de 79 ans. D'après le journal, le scénario de l'abdication d'Albert II tel que présenté circulerait au niveau politique, diplomatique et parmi les proches du roi.

Si la N-VA passe, Albert II restera

Pour justifier ce choix, quatre raisons sont avancées : une période politique favorable, la volonté d'une transition en douceur, le sentiment du devoir accompli d'Albert II, mais aussi son âge et son état de santé.

Un bémol, cependant : en cas de victoire de la républicaine et séparatiste N-VA aux communales d'octobre, le scénario 2013 pourrait être revu par ses auteurs ou au moins retardé. Le pays revivrait sans doute en effet une crise, nécessitant la présence apaisante d'Albert II, selon Le Soir.

LeVif.be, avec Belga

Un scénario circulant actuellement entre la rue de la Loi et le château de Laeken verrait le roi Albert II abdiquer le 21 juillet 2013 au profit de son fils Philippe, rapporte vendredi le journal Le Soir, précisant toutefois qu'aucune confirmation officielle n'a pu être obtenue auprès du Palais royal qui, au contraire, dément.Cette date correspondrait à la fin de la vingtième année de règne du souverain, qui sera alors âgé de 79 ans. D'après le journal, le scénario de l'abdication d'Albert II tel que présenté circulerait au niveau politique, diplomatique et parmi les proches du roi.Si la N-VA passe, Albert II resteraPour justifier ce choix, quatre raisons sont avancées : une période politique favorable, la volonté d'une transition en douceur, le sentiment du devoir accompli d'Albert II, mais aussi son âge et son état de santé.Un bémol, cependant : en cas de victoire de la républicaine et séparatiste N-VA aux communales d'octobre, le scénario 2013 pourrait être revu par ses auteurs ou au moins retardé. Le pays revivrait sans doute en effet une crise, nécessitant la présence apaisante d'Albert II, selon Le Soir.LeVif.be, avec Belga