Alain Mathot devra répondre de faits de corruption devant le tribunal correctionnel de Liège. Il conteste son implication et avait demandé que la justice liégeoise soit dessaisie de son cas pour cause de suspicion légitime. Sa demande avait été rejetée par la Cour de cassation. La construction de l'incinérateur de déchets à Herstal a déjà fait l'objet de deux décisions judiciaires, lors desquelles le rôle de l'ancien député-bourgmestre de Seraing a été décrit par les magistrats. Douze prévenus avaient été condamnés en juin 2018 par le tribunal correctionnel de Liège à des peines allant de six mois de prison avec sursis à trois ans d'emprisonnement avec sursis. Lors de l'examen du dossier en appel, un acquittement avait été prononcé et onze condamnations avaient été confirmées. Les sanctions avaient été revues à la baisse et les peines de prison prononcées allaient jusqu'à un maximum de deux ans de prison avec sursis. (Belga)

Alain Mathot devra répondre de faits de corruption devant le tribunal correctionnel de Liège. Il conteste son implication et avait demandé que la justice liégeoise soit dessaisie de son cas pour cause de suspicion légitime. Sa demande avait été rejetée par la Cour de cassation. La construction de l'incinérateur de déchets à Herstal a déjà fait l'objet de deux décisions judiciaires, lors desquelles le rôle de l'ancien député-bourgmestre de Seraing a été décrit par les magistrats. Douze prévenus avaient été condamnés en juin 2018 par le tribunal correctionnel de Liège à des peines allant de six mois de prison avec sursis à trois ans d'emprisonnement avec sursis. Lors de l'examen du dossier en appel, un acquittement avait été prononcé et onze condamnations avaient été confirmées. Les sanctions avaient été revues à la baisse et les peines de prison prononcées allaient jusqu'à un maximum de deux ans de prison avec sursis. (Belga)