Cette décision mettant en péril la sécurité des membres de son équipe, l'explorateur a dès lors sollicité une évacuation d'urgence, précise-t-il.

Les militaires belges pourront venir récupérer le matériel en question dès que l'explorateur et ses collaborateurs auront pu être évacués, ajoute le communiqué. L'évacuation d'Alain Hubert et de son équipe devrait intervenir samedi matin si les conditions climatiques le permettent.

L'explorateur précise qu'il est "techniquement impossible avant l'évacuation de remonter cet équipement à la station Princesse Elisabeth" qui lui est par ailleurs interdite d'accès sur base d'une décision de justice.

Pour rappel, le litige opposant Alain Hubert à la Politique scientifique ne date pas d'hier. Le 21 octobre dernier, le tribunal de première instance de Bruxelles avait ainsi interdit au président de l'IPF de se rendre à la base.

Ce même tribunal a jugé jeudi qu'Alain Hubert et ses collaborateurs devaient restituer le matériel emporté, sous peine d'une astreinte de 150.000 euros par personne et par infraction. La décision du tribunal faisait suite à une plainte introduite par la secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, Elke Sleurs.

Cette décision mettant en péril la sécurité des membres de son équipe, l'explorateur a dès lors sollicité une évacuation d'urgence, précise-t-il. Les militaires belges pourront venir récupérer le matériel en question dès que l'explorateur et ses collaborateurs auront pu être évacués, ajoute le communiqué. L'évacuation d'Alain Hubert et de son équipe devrait intervenir samedi matin si les conditions climatiques le permettent. L'explorateur précise qu'il est "techniquement impossible avant l'évacuation de remonter cet équipement à la station Princesse Elisabeth" qui lui est par ailleurs interdite d'accès sur base d'une décision de justice. Pour rappel, le litige opposant Alain Hubert à la Politique scientifique ne date pas d'hier. Le 21 octobre dernier, le tribunal de première instance de Bruxelles avait ainsi interdit au président de l'IPF de se rendre à la base. Ce même tribunal a jugé jeudi qu'Alain Hubert et ses collaborateurs devaient restituer le matériel emporté, sous peine d'une astreinte de 150.000 euros par personne et par infraction. La décision du tribunal faisait suite à une plainte introduite par la secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, Elke Sleurs.