"Au moment où les Etats-Unis retirent leurs forces d'Afghanistan, notre engagement est clair", a assuré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken en annonçant cette nouvelle aide. "Nous restons déterminés, en utilisant tous nos moyens diplomatiques, économiques et d'assistance, à soutenir l'avenir pacifique et stable que les Afghans demandent et méritent". Ces fonds sont destinés à des équipements de protection, des abris, des soins de santé et d'hygiène, ainsi qu'à la protection des plus vulnérables, notamment les femmes et les petites filles. Ces 266 millions de dollars, dont 157 millions débloqués par l'agence américaine d'aide internationale USAid et 109 millions par le département d'Etat, portent à plus de 543 millions de dollars l'aide humanitaire des Etats-Unis à l'Afghanistan au titre du budget 2021. L'administration américaine n'a toujours pas pris de décision sur l'évacuation des interprètes afghans qui ont coopéré avec l'armée américaine et qui craignent pour leur vie après le retrait des forces étrangères du pays. Une vingtaine d'élus du Congrès ont demandé vendredi, dans une lettre ouverte au président Joe Biden, d'évacuer "immédiatement" les plus de 18.000 interprètes et leurs familles qui ont déposé des demandes de visa d'immigration vers les Etats-Unis. "Chaque demande prend plus de 800 jours pour aboutir et nous prévoyons de nous être retirés dans moins de 100 jours", indiquent les élus dans cette lettre. Aucune institution américaine "n'a la capacité ni l'autorité pour les protéger en Afghanistan après notre retrait", poursuivent ces élus démocrates comme républicains. "Ce serait immoral de faire porter au gouvernement afghan la responsabilité de protéger nos partenaires afghans". Questionné vendredi à ce sujet, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a indiqué que la Maison Blanche n'avait toujours pas donné d'ordre à l'armée américaine de procéder à l'évacuation de ces Afghans. "Nous sommes informés de l'intérêt du Congrès" pour cette question, a déclaré M. Kirby. "Mais rien n'a changé depuis la dernière fois que nous avons parlé de tout ceci". (Belga)

"Au moment où les Etats-Unis retirent leurs forces d'Afghanistan, notre engagement est clair", a assuré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken en annonçant cette nouvelle aide. "Nous restons déterminés, en utilisant tous nos moyens diplomatiques, économiques et d'assistance, à soutenir l'avenir pacifique et stable que les Afghans demandent et méritent". Ces fonds sont destinés à des équipements de protection, des abris, des soins de santé et d'hygiène, ainsi qu'à la protection des plus vulnérables, notamment les femmes et les petites filles. Ces 266 millions de dollars, dont 157 millions débloqués par l'agence américaine d'aide internationale USAid et 109 millions par le département d'Etat, portent à plus de 543 millions de dollars l'aide humanitaire des Etats-Unis à l'Afghanistan au titre du budget 2021. L'administration américaine n'a toujours pas pris de décision sur l'évacuation des interprètes afghans qui ont coopéré avec l'armée américaine et qui craignent pour leur vie après le retrait des forces étrangères du pays. Une vingtaine d'élus du Congrès ont demandé vendredi, dans une lettre ouverte au président Joe Biden, d'évacuer "immédiatement" les plus de 18.000 interprètes et leurs familles qui ont déposé des demandes de visa d'immigration vers les Etats-Unis. "Chaque demande prend plus de 800 jours pour aboutir et nous prévoyons de nous être retirés dans moins de 100 jours", indiquent les élus dans cette lettre. Aucune institution américaine "n'a la capacité ni l'autorité pour les protéger en Afghanistan après notre retrait", poursuivent ces élus démocrates comme républicains. "Ce serait immoral de faire porter au gouvernement afghan la responsabilité de protéger nos partenaires afghans". Questionné vendredi à ce sujet, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a indiqué que la Maison Blanche n'avait toujours pas donné d'ordre à l'armée américaine de procéder à l'évacuation de ces Afghans. "Nous sommes informés de l'intérêt du Congrès" pour cette question, a déclaré M. Kirby. "Mais rien n'a changé depuis la dernière fois que nous avons parlé de tout ceci". (Belga)