"Je ne regarde pas dans le rétroviseur mais devant moi. Chaque membre du parti sait qu'à partir de maintenant, aucune forme d'exception ne sera tolérée en ce qui concerne le cordon sanitaire. Aucune", a déclaré M. Laaouej après l'exclusion du député-bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir.

La décision prise par la commission de vigilance du PS bruxellois trace un "cadre clair", selon le président, qui se refuse à faire le procès du passé, quand le comportement et les fréquentations de M. Kir ne faisaient l'objet que de rappels à l'ordre.

Les socialistes bruxellois refusent le reproche de faire le procès d'un élu d'origine turque: "Ce n'est pas une question d'origine mais de respect des valeurs", a souligné M. Laaouej, en rappelant l'exclusion récente de Benoît Hons, échevin de Neupré, pour des propos insultants envers les Roms.

Ils n'acceptent pas non plus d'être taxés de communautarisme face à la population d'origine étrangère: "Le PS présente, vis-à-vis de l'ensemble de la société, un programme qui se fonde sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et toute forme de discrimination, et l'égalité. Nous avons une popularité vis-à-vis des personnes issues de l'immigration en raison de ces valeurs. C'est ça qui fait notre force auprès de l'ensemble des publics".

Lundi soir, la section PS de Saint-Josse a réaffirmé son soutien à M. Kir tout en maintenant sa fidélité au parti. "Ils ont fait un équilibre entre la nécessité de la gouvernance de Saint-Josse (la législation bruxelloise ne permet pas de renverser un bourgmestre, ndlr) et la fidélité aux statuts du PS", a analysé M. Laaouej, qui assure qu'en 2024, une liste PS se présentera aux élections communales.

La décision de la commission de vigilance provoquera-t-elle le départ de députés régionaux d'origine turque du parlement bruxellois, risquant ainsi de déchoir les socialistes francophones de leur première place?

Le chef de groupe Ridouane Chahid s'est montré rassurant. Une réunion de groupe a eu lieu lundi. "Ces élus sont au PS, s'y sentent bien et comptent y rester", a-t-il affirmé sur le plateau de LN24.

Et d'appeler à ne plus classer les élus en fonction de leur origine. "Qu'on arrête la catégorisation. Eux-mêmes demandent qu'on les désigne comme des députés. Point."

"Je ne regarde pas dans le rétroviseur mais devant moi. Chaque membre du parti sait qu'à partir de maintenant, aucune forme d'exception ne sera tolérée en ce qui concerne le cordon sanitaire. Aucune", a déclaré M. Laaouej après l'exclusion du député-bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir. La décision prise par la commission de vigilance du PS bruxellois trace un "cadre clair", selon le président, qui se refuse à faire le procès du passé, quand le comportement et les fréquentations de M. Kir ne faisaient l'objet que de rappels à l'ordre. Les socialistes bruxellois refusent le reproche de faire le procès d'un élu d'origine turque: "Ce n'est pas une question d'origine mais de respect des valeurs", a souligné M. Laaouej, en rappelant l'exclusion récente de Benoît Hons, échevin de Neupré, pour des propos insultants envers les Roms. Ils n'acceptent pas non plus d'être taxés de communautarisme face à la population d'origine étrangère: "Le PS présente, vis-à-vis de l'ensemble de la société, un programme qui se fonde sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et toute forme de discrimination, et l'égalité. Nous avons une popularité vis-à-vis des personnes issues de l'immigration en raison de ces valeurs. C'est ça qui fait notre force auprès de l'ensemble des publics". Lundi soir, la section PS de Saint-Josse a réaffirmé son soutien à M. Kir tout en maintenant sa fidélité au parti. "Ils ont fait un équilibre entre la nécessité de la gouvernance de Saint-Josse (la législation bruxelloise ne permet pas de renverser un bourgmestre, ndlr) et la fidélité aux statuts du PS", a analysé M. Laaouej, qui assure qu'en 2024, une liste PS se présentera aux élections communales. La décision de la commission de vigilance provoquera-t-elle le départ de députés régionaux d'origine turque du parlement bruxellois, risquant ainsi de déchoir les socialistes francophones de leur première place? Le chef de groupe Ridouane Chahid s'est montré rassurant. Une réunion de groupe a eu lieu lundi. "Ces élus sont au PS, s'y sentent bien et comptent y rester", a-t-il affirmé sur le plateau de LN24. Et d'appeler à ne plus classer les élus en fonction de leur origine. "Qu'on arrête la catégorisation. Eux-mêmes demandent qu'on les désigne comme des députés. Point."