Le cortège a démarré à 20h du rond-point du Cimetière d'Ixelles et a descendu la chaussée de Boondael, en direction de la place Fernand Cocq, aux cris notamment de "Mon corps, mon choix et ferme ta gueule", "Tout le monde déteste la police", "Nous sommes fortes, nous sommes fières, les féministes radicales et en colère", "Violeur, à toi d'avoir peur", avant d'arriver devant l'hôtel de Ville d'Ixelles, sur la place Fernand Cocq, où les manifestantes ont continué à entonner leurs refrains. Aucun incident n'était à signaler à 22h, d'après la porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ixelles, Ilse Van de Keere. La manifestation était toujours en cours à cette heure, alors qu'elle devait se disperser vers 21h30, d'après la porte-parole. Mais il semble que la mobilisation bénéficie d'une certaine indulgence, alors que certaines représentantes doivent être reçues par le bourgmestre Christos Doulkeridis. (Belga)

Le cortège a démarré à 20h du rond-point du Cimetière d'Ixelles et a descendu la chaussée de Boondael, en direction de la place Fernand Cocq, aux cris notamment de "Mon corps, mon choix et ferme ta gueule", "Tout le monde déteste la police", "Nous sommes fortes, nous sommes fières, les féministes radicales et en colère", "Violeur, à toi d'avoir peur", avant d'arriver devant l'hôtel de Ville d'Ixelles, sur la place Fernand Cocq, où les manifestantes ont continué à entonner leurs refrains. Aucun incident n'était à signaler à 22h, d'après la porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ixelles, Ilse Van de Keere. La manifestation était toujours en cours à cette heure, alors qu'elle devait se disperser vers 21h30, d'après la porte-parole. Mais il semble que la mobilisation bénéficie d'une certaine indulgence, alors que certaines représentantes doivent être reçues par le bourgmestre Christos Doulkeridis. (Belga)