Ces jeunes ont été remis immédiatement en liberté après avoir été transférés à l'hôtel de police de la place du Théâtre où les devoirs judiciaires requis ont été effectués. "Les objectifs de cette opération organisée et planifiée consistaient à procéder à l'identification formelle de plusieurs personnes suspectées d'avoir participé, à des degrés divers, à l'un ou l'autre méfait et à rassembler des informations permettant d'établir l'implication de certaines de ces personnes dans les dossiers judiciaires en cours. Les enquêtes se poursuivent à présent grâce aux nouveaux éléments récoltés ce mercredi", précisent les autorités judiciaires et policières, précisant que leurs "actions dans la lutte contre ce type de criminalité urbaine se poursuivront". Moins de dix méfaits commis en bande dans le centre-ville de Namur, soit de la violence verbale, physique ou combinée à un vol, ont fait l'objet d'une plainte auprès de la zone de police de Namur depuis la rentrée académique, avaient annoncé mardi Vincent Macq et Pascal Ligot. Durant le mois de décembre, quatre mineurs avaient déjà fait l'objet de mesures judiciaires. (Belga)

Ces jeunes ont été remis immédiatement en liberté après avoir été transférés à l'hôtel de police de la place du Théâtre où les devoirs judiciaires requis ont été effectués. "Les objectifs de cette opération organisée et planifiée consistaient à procéder à l'identification formelle de plusieurs personnes suspectées d'avoir participé, à des degrés divers, à l'un ou l'autre méfait et à rassembler des informations permettant d'établir l'implication de certaines de ces personnes dans les dossiers judiciaires en cours. Les enquêtes se poursuivent à présent grâce aux nouveaux éléments récoltés ce mercredi", précisent les autorités judiciaires et policières, précisant que leurs "actions dans la lutte contre ce type de criminalité urbaine se poursuivront". Moins de dix méfaits commis en bande dans le centre-ville de Namur, soit de la violence verbale, physique ou combinée à un vol, ont fait l'objet d'une plainte auprès de la zone de police de Namur depuis la rentrée académique, avaient annoncé mardi Vincent Macq et Pascal Ligot. Durant le mois de décembre, quatre mineurs avaient déjà fait l'objet de mesures judiciaires. (Belga)