Cet Égyptien de 29 ans, grièvement blessé par des tirs de riposte des militaires lors de son attaque la semaine dernière, s'est vu notifier sa mise en examen par un juge antiterroriste à l'hôpital parisien où il est soigné. Un juge statuera sur son placement en détention provisoire ultérieurement. Il a été inculpé pour tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle, a précisé la source judiciaire. Il a expliqué lundi aux enquêteurs avoir "agi de son plein gré", "sans avoir été commandité" par le groupe djihadiste État islamique lorsqu'il a pénétré dans la galerie marchande du Louvre pour, selon lui, mener une action symbolique contre la France en dégradant des oeuvres du musée. Une version en contradiction avec son arrivée sur les lieux vendredi dernier, lorsque, une machette dans chaque main, il a foncé vers des militaires en patrouille en criant "Allah Akbar". Les enquêteurs cherchent à comprendre le parcours et les motivations de ce jeune homme, cadre commercial aux Emirats arabes unis. Il était légalement entré comme touriste en France le 26 janvier en provenance de Dubaï. (Belga)

Cet Égyptien de 29 ans, grièvement blessé par des tirs de riposte des militaires lors de son attaque la semaine dernière, s'est vu notifier sa mise en examen par un juge antiterroriste à l'hôpital parisien où il est soigné. Un juge statuera sur son placement en détention provisoire ultérieurement. Il a été inculpé pour tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle, a précisé la source judiciaire. Il a expliqué lundi aux enquêteurs avoir "agi de son plein gré", "sans avoir été commandité" par le groupe djihadiste État islamique lorsqu'il a pénétré dans la galerie marchande du Louvre pour, selon lui, mener une action symbolique contre la France en dégradant des oeuvres du musée. Une version en contradiction avec son arrivée sur les lieux vendredi dernier, lorsque, une machette dans chaque main, il a foncé vers des militaires en patrouille en criant "Allah Akbar". Les enquêteurs cherchent à comprendre le parcours et les motivations de ce jeune homme, cadre commercial aux Emirats arabes unis. Il était légalement entré comme touriste en France le 26 janvier en provenance de Dubaï. (Belga)