Le but du FSEG est également de mieux informer la population belge sur la profession et, indirectement, de convaincre davantage de candidats à se lancer dans ce métier. Etant donné que les tâches des agents de gardiennage ne cessent de se multiplier, cette profession risque de devenir un métier en pénurie. Cette année, comme en 2018, le secteur entend engager 4.000 agents. Si 9 Belges sur 10 ont du respect pour les personnes exerçant la fonction, 19% seulement des agents --2.112 d'entre-eux ont aussi été sondés-- pensent être respectés et appréciés par la population, selon l'enquête. Toujours selon l'étude, les hommes perçoivent ce travail comme monotone et ennuyeux, tandis que les femmes pensent que la fonction est stressante et physiquement exigeante. Une fois dans le métier, cette perception change totalement: 48% des agents féminins déclarent que la fonction est très attrayante pour les femmes (contre seulement 25% de la population belge). Environ 40% de la population pense que la profession est rébarbative, contre 26% des agents eux-mêmes. (Belga)