Les chercheurs ont mené une étude rétrospective incluant les femmes et les enfants qui fréquentaient les structures publiques de santé pour les soins prénatals, les services d'accouchements institutionnels et les services de vaccination d'une région forestière de Guinée (Beyla, Guéckédou, Kissidougou, Lola, Macenta et N'Zérékoré). Le Dr Alexandre Delamou, qui termine un doctorat à l'Institut de médecine tropicale d'Anvers, et ses collègues ont observé une forte tendance négative dans les soins maternels et infantiles pendant l'épidémie, avec moins de consultations prénatales et d'accouchements dans les structures de santé. Et l'utilisation des services n'a pas été complètement restaurée en 2016. Les mêmes tendances ont été observées pour la plupart des vaccinations chez les enfants. Les chercheurs concluent que des interventions ciblées sont nécessaires pour remettre les services de santé maternelle et infantile sur les rails. (Belga)

Les chercheurs ont mené une étude rétrospective incluant les femmes et les enfants qui fréquentaient les structures publiques de santé pour les soins prénatals, les services d'accouchements institutionnels et les services de vaccination d'une région forestière de Guinée (Beyla, Guéckédou, Kissidougou, Lola, Macenta et N'Zérékoré). Le Dr Alexandre Delamou, qui termine un doctorat à l'Institut de médecine tropicale d'Anvers, et ses collègues ont observé une forte tendance négative dans les soins maternels et infantiles pendant l'épidémie, avec moins de consultations prénatales et d'accouchements dans les structures de santé. Et l'utilisation des services n'a pas été complètement restaurée en 2016. Les mêmes tendances ont été observées pour la plupart des vaccinations chez les enfants. Les chercheurs concluent que des interventions ciblées sont nécessaires pour remettre les services de santé maternelle et infantile sur les rails. (Belga)