L'attaque au camion piégé visait le siège local des services de renseignement (NDS) à Qalat, la capitale provinciale, mais c'est l'hôpital régional qui a subi l'essentiel des dégâts. Le bilan initial était de 20 morts et 90 blessés. "Le bilan de l'attaque à l'hôpital de Qalat est monté à 39 morts et 140 blessés", a dit le porte-parole du gouverneur de la province, Gul Islam Seyal. Le chef du conseil de la province, Ata Jan Haqbayan, a pour sa part fait état de 41 tués et 185 blessés. L'attentat avait été revendiqué par un porte-parole des talibans, Qari Yousuf Ahmadi : "Nous avons mené une attaque martyre contre le NDS", avait-il déclaré dans un message, affirmant que le bâtiment avait été complètement détruit. Ce nouveau bilan fait passer à 91 morts les victimes d'attentats de mardi à jeudi, sans compter neuf ouvriers agricoles tués par erreur par des tirs de drone jeudi dans l'est du pays. Ce regain de violence, à moins de dix jours de l'élection présidentielle prévue le 28 septembre, était attendu par de nombreux observateurs. Les talibans n'ont pas fait mystère de leur intention de perturber la tenue d'un scrutin qu'ils jugent illégitime. Le premier attentat de ces trois derniers jours, qui a fait 26 morts, est survenu aux abords d'un meeting du président Ashraf Ghani, candidat à sa réélection. Dans leur revendication de l'attaque, les talibans avaient expliqué qu'elle visait "une réunion faisant la promotion d'élections fantoches". (Belga)