"Après presque 20 ans de déploiement, les derniers soldats de notre Bundeswehr ont quitté l'Afghanistan ce soir. Ils sont maintenant sur le chemin du retour", a expliqué la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer dans un communiqué. "Un chapitre historique s'achève, un déploiement intensif qui a mis la Bundeswehr au défi et l'a façonnée, au cours duquel la Bundeswehr a fait ses preuves au combat. Une mission au cours de laquelle des membres de nos forces armées ont été blessés dans leur corps et dans leur âme, au cours de laquelle des personnes ont perdu la vie, au cours de laquelle nous avons dû pleurer ceux qui sont tombés", a-t-elle ajouté. Selon la Bundeswehr, 59 soldats allemands ont été tués au cours de l'opération militaire débutée en 2001. Les derniers soldats ont été transportés par quatre avions militaires depuis le camp de campagne de Marmal à Mazâr-e Charîf. Il s'agissait de deux avions de transport allemands A400 M et de deux avions américains C17. Jusqu'au début de leur retrait en mai, le contingent allemand comptait encore quelque 1.100 soldats qui opéraient dans le cadre des missions de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) et de "Resolute Support" (RS). Les forces armées allemandes ont récemment dû accélérer le retrait de manière significative après que l'administration américaine du président Joe Biden ait accéléré leur propre retrait de troupes stationnées dans ce pays depuis 20 ans. Les Etats-Unis, en tant que principal contributeur de troupes, s'étaient initialement engagés à se retirer avant le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats terroristes perpétrés par l'organisation islamiste Al-Qaïda aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont ainsi fait pression pour un retrait des troupes internationales avant le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. Jusqu'ici, les pays les plus engagés en Afghanistan étaient les Etats-Unis, l'Allemagne, la Turquie, le Royaume-Uni et l'Italie. Ces cinq pays ont déployé 6.000 des 9.592 militaires engagés par 36 pays membres de l'Otan et partenaires comme l'Ukraine (10 militaires) dans l'opération de l'alliance "Resolute Support". (Belga)

"Après presque 20 ans de déploiement, les derniers soldats de notre Bundeswehr ont quitté l'Afghanistan ce soir. Ils sont maintenant sur le chemin du retour", a expliqué la ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer dans un communiqué. "Un chapitre historique s'achève, un déploiement intensif qui a mis la Bundeswehr au défi et l'a façonnée, au cours duquel la Bundeswehr a fait ses preuves au combat. Une mission au cours de laquelle des membres de nos forces armées ont été blessés dans leur corps et dans leur âme, au cours de laquelle des personnes ont perdu la vie, au cours de laquelle nous avons dû pleurer ceux qui sont tombés", a-t-elle ajouté. Selon la Bundeswehr, 59 soldats allemands ont été tués au cours de l'opération militaire débutée en 2001. Les derniers soldats ont été transportés par quatre avions militaires depuis le camp de campagne de Marmal à Mazâr-e Charîf. Il s'agissait de deux avions de transport allemands A400 M et de deux avions américains C17. Jusqu'au début de leur retrait en mai, le contingent allemand comptait encore quelque 1.100 soldats qui opéraient dans le cadre des missions de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) et de "Resolute Support" (RS). Les forces armées allemandes ont récemment dû accélérer le retrait de manière significative après que l'administration américaine du président Joe Biden ait accéléré leur propre retrait de troupes stationnées dans ce pays depuis 20 ans. Les Etats-Unis, en tant que principal contributeur de troupes, s'étaient initialement engagés à se retirer avant le 11 septembre, date du 20e anniversaire des attentats terroristes perpétrés par l'organisation islamiste Al-Qaïda aux Etats-Unis. Les Etats-Unis ont ainsi fait pression pour un retrait des troupes internationales avant le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. Jusqu'ici, les pays les plus engagés en Afghanistan étaient les Etats-Unis, l'Allemagne, la Turquie, le Royaume-Uni et l'Italie. Ces cinq pays ont déployé 6.000 des 9.592 militaires engagés par 36 pays membres de l'Otan et partenaires comme l'Ukraine (10 militaires) dans l'opération de l'alliance "Resolute Support". (Belga)