Révélées par Franceinfo, ces deux perquisitions, autorisées par un juge des libertés et de la détention, ont été réalisées dans le cadre de l'enquête pour "viols" et "agressions sexuelles", notamment sur mineures, ouverte le 23 août par le parquet de Paris dans le volet français de ce scandale qui a éclaté aux Etats-Unis. La première, à l'agence Karin Models, a eu lieu le 17 septembre, tandis que la seconde, au domicile de Jeffrey Epstein situé sur la prestigieuse avenue Foch, a débuté lundi. Selon une source proche du dossier, cette dernière, qui a commencé à 15H00, s'est terminée à 4H00 du matin mardi. Contactée par l'AFP, l'agence s'est refusée à tout commentaire. L'association Innocence en danger a pour sa part transmis au parquet plusieurs témoignages émanant, selon elle, principalement de victimes d'actes "commis sur le sol français" par M. Epstein, qui s'est suicidé à l'âge de 66 ans. Le financier américain, qui se rendait régulièrement en France, avait été arrêté le 6 juillet et inculpé à New York pour avoir organisé, entre 2002 à 2005, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles, certaines collégiennes, avec lesquelles il aurait eu des rapports sexuels contraints. (Belga)