Les mandats de ces administrateurs cooptés doivent toutefois être confirmés par l'assemblée générale de Nethys, dès sa première séance suivant la décision. À défaut, les mandats concernés prennent fin après cette séance, a précisé le ministre selon qui Enodia, en tant que membre de l'assemblée générale de Nethys, aura donc prochainement l'occasion de se prononcer sur les désignations concernées. Ce dernier est par ailleurs revenu sur le processus de cession des Éditions de l'Avenir par le groupe Enodia-Nethys. "Les opérations suivent leur cours mais il faut admettre qu'elles ne sont pas facilitées par la crise que nous traversons actuellement et qui touche particulièrement le secteur de la presse dans son ensemble", a expliqué Pierre-Yves Dermagne en rappelant que l'opération "relève, avant tout, de l'autonomie de gestion du groupe". "Plusieurs offres ont été déposées, portant sur des périmètres différents. Il me revient que le conseil d'administration a décidé de ne pas décider et de se donner un peu de temps, ce qui me paraît prudent dans la situation actuelle", a ajouté le ministre. Nethys avait lancé en février la procédure de vente de ses titres de presse (les Éditions de l'Avenir, L'Avenir Advertising et L'Avenir Hebdo). Début mars, quatre candidatures avaient été déclarées recevables. Le fonds d'investissements allemand Fidelium Partners; le Groupe Rossel (Le Soir, SudPresse); IPM Group (La Libre Belgique, la Dernière heure) associé à des partenaires ainsi que le Roularta Media Group (Le Vif, Knack) avaient ainsi été retenus, l'objectif étant de boucler l'opération pour la fin du mois de juin. Mais ce délai ne sera sans doute pas respecté, ont rapporté plusieurs médias la semaine passée. (Belga)

Les mandats de ces administrateurs cooptés doivent toutefois être confirmés par l'assemblée générale de Nethys, dès sa première séance suivant la décision. À défaut, les mandats concernés prennent fin après cette séance, a précisé le ministre selon qui Enodia, en tant que membre de l'assemblée générale de Nethys, aura donc prochainement l'occasion de se prononcer sur les désignations concernées. Ce dernier est par ailleurs revenu sur le processus de cession des Éditions de l'Avenir par le groupe Enodia-Nethys. "Les opérations suivent leur cours mais il faut admettre qu'elles ne sont pas facilitées par la crise que nous traversons actuellement et qui touche particulièrement le secteur de la presse dans son ensemble", a expliqué Pierre-Yves Dermagne en rappelant que l'opération "relève, avant tout, de l'autonomie de gestion du groupe". "Plusieurs offres ont été déposées, portant sur des périmètres différents. Il me revient que le conseil d'administration a décidé de ne pas décider et de se donner un peu de temps, ce qui me paraît prudent dans la situation actuelle", a ajouté le ministre. Nethys avait lancé en février la procédure de vente de ses titres de presse (les Éditions de l'Avenir, L'Avenir Advertising et L'Avenir Hebdo). Début mars, quatre candidatures avaient été déclarées recevables. Le fonds d'investissements allemand Fidelium Partners; le Groupe Rossel (Le Soir, SudPresse); IPM Group (La Libre Belgique, la Dernière heure) associé à des partenaires ainsi que le Roularta Media Group (Le Vif, Knack) avaient ainsi été retenus, l'objectif étant de boucler l'opération pour la fin du mois de juin. Mais ce délai ne sera sans doute pas respecté, ont rapporté plusieurs médias la semaine passée. (Belga)