"Nous avons pu constater durant l'exercice militaire russe Zapad-2017 que l'escalade (des tensions) peut être très rapide", explique M. Vandeput. L'exercice à grande échelle des forces russes mené en septembre dernier en Russie et en Bélarus, aux portes de l'Alliance atlantique, a été surveillé de près par l'Otan. "Nous devons poursuivre nos investissements dans tous les domaines", souligne M. Vandeput. "Aujourd'hui, une compagnie a besoin d'environ soixante jours pour être opérationnelle. Cela doit être plus rapide." La Belgique veut participer à la modernisation de la structure de commandement, selon le ministre. Cette dernière a été fortement modifiée depuis la fin de la Guerre Froide. Le nombre de commandements est passé d'une trentaine à sept. Mais, aujourd'hui, la menace a changé, selon l'Otan, expliquant ainsi la nécessité de moderniser sa structure de commandement. L'Alliance n'envisage cependant pas un retour à une structure semblable à l'époque du Rideau de fer. Une attention particulière est également portée au renforcement de la cyberdéfense de l'Otan. La Belgique pointe la nécessité d'une bonne collaboration entre l'Union européenne et l'Otan en la matière. Les ministres de la Défense aborderont demain/jeudi la question du renforcement des troupes dans le cadre de la mission 'Resolute Support' de l'Otan en Afghanistan. Les membres de la coalition anti-Daesh se réuniront ensuite autour du chef de la défense américain, James Mattis, en marge de la réunion des ministres de la Défense de l'Otan. (Belga)

"Nous avons pu constater durant l'exercice militaire russe Zapad-2017 que l'escalade (des tensions) peut être très rapide", explique M. Vandeput. L'exercice à grande échelle des forces russes mené en septembre dernier en Russie et en Bélarus, aux portes de l'Alliance atlantique, a été surveillé de près par l'Otan. "Nous devons poursuivre nos investissements dans tous les domaines", souligne M. Vandeput. "Aujourd'hui, une compagnie a besoin d'environ soixante jours pour être opérationnelle. Cela doit être plus rapide." La Belgique veut participer à la modernisation de la structure de commandement, selon le ministre. Cette dernière a été fortement modifiée depuis la fin de la Guerre Froide. Le nombre de commandements est passé d'une trentaine à sept. Mais, aujourd'hui, la menace a changé, selon l'Otan, expliquant ainsi la nécessité de moderniser sa structure de commandement. L'Alliance n'envisage cependant pas un retour à une structure semblable à l'époque du Rideau de fer. Une attention particulière est également portée au renforcement de la cyberdéfense de l'Otan. La Belgique pointe la nécessité d'une bonne collaboration entre l'Union européenne et l'Otan en la matière. Les ministres de la Défense aborderont demain/jeudi la question du renforcement des troupes dans le cadre de la mission 'Resolute Support' de l'Otan en Afghanistan. Les membres de la coalition anti-Daesh se réuniront ensuite autour du chef de la défense américain, James Mattis, en marge de la réunion des ministres de la Défense de l'Otan. (Belga)