Kris Peeters se dit conscient de ce que les taux d'intérêt relativement bas entraînent de nombreux refinancement que les banques prennent en charge à travers les frais de dossiers. "Mais il n'est pas admissible que le consommateur soit confronté chaque semaine à de nouvelles règles, il faut de la transparence", a-t-il indiqué jeudi à l'entrée du comité ministériel restreint. "La question est de savoir si des coûts administratifs de 500 ou 700 euros ne sont pas exagérés", a ajouté son cabinet. "Cela a sans aucun doute un effet dissuasif. D'autre part, ces montants ne sont pas non plus exceptionnels dans le marché". Le ministre ne semble pas vouloir légiférer à cet égard. La question se pose d'ailleurs de savoir si cela est possible. Kris Peeters s'entretient jeudi avec des responsables de BNP Paribas Fortis. La banque a fait passer les frais de dossiers de 350 à 700 euros et demande 500 euros de frais aux nouveaux clients. (Belga)

Kris Peeters se dit conscient de ce que les taux d'intérêt relativement bas entraînent de nombreux refinancement que les banques prennent en charge à travers les frais de dossiers. "Mais il n'est pas admissible que le consommateur soit confronté chaque semaine à de nouvelles règles, il faut de la transparence", a-t-il indiqué jeudi à l'entrée du comité ministériel restreint. "La question est de savoir si des coûts administratifs de 500 ou 700 euros ne sont pas exagérés", a ajouté son cabinet. "Cela a sans aucun doute un effet dissuasif. D'autre part, ces montants ne sont pas non plus exceptionnels dans le marché". Le ministre ne semble pas vouloir légiférer à cet égard. La question se pose d'ailleurs de savoir si cela est possible. Kris Peeters s'entretient jeudi avec des responsables de BNP Paribas Fortis. La banque a fait passer les frais de dossiers de 350 à 700 euros et demande 500 euros de frais aux nouveaux clients. (Belga)