Depuis 05h00 mardi, seules les personnes aux commandes des réacteurs peuvent passer le blocage. Les militaires chargés de la protection du site ont également pu y accéder. Les autres, qu'elles fassent partie des cadres, du personnel de maintenance ou administratif, ou encore d'entreprises extérieures, ne peuvent accéder au site de Tihange. Les syndicats pointent particulièrement le non respect des accords au sein des organismes paritaires, la réorganisation de la maintenance et des courriers adressés à des responsables du personnel encadrant des mouvements de salariés. "Nous n'avons vu aucune évolution depuis ce matin. La direction ne s'est pas manifestée. Le mouvement est parti pour durer toute la journée. Il n'y a aucune contestation au sein du personnel. Ils en comprennent très bien la raison", a indiqué Jean-Marc Pirotton, vice-président du syndicat du secteur du gaz et électricité Gazelco (FGTB) et délégué syndical à la centrale. Par la voix du porte-parole du site, Serge Dauby, la direction se dit, elle, "surprise" par cette action, qui n'a pas été annoncée par le dépôt d'un préavis. Une rencontre avec les syndicats est prévue dans le courant de la journée. (Belga)