Des hommes en costume avec des têtes de poisson portaient des mallettes sur lesquelles étaient écrits des messages comme "Ecocide". Ils marchaient dans une mer de faux sang et de poissons morts. Des activistes portant des cirés jaunes de marin se tenaient autour d'eux avec des pancartes et banderoles portant les slogans "Si la mer meurt, nous mourrons avec elle" et "Plus aucun poisson dans la mer". Le groupe a nettoyé la place à l'issue de l'action. Par cette mise en scène, les activistes veulent faire passer l'idée que les quotas de pêche qui augmentent d'année en année ne respectent pas les recommandations de scientifiques. Ils s'inquiètent plus particulièrement de la surpêche dans la Méditerranée. Ocean Rebellion plaide pour que toute subvention allouée à la pêche industrielle soit redirigée vers les pêcheurs de petites structures locales. "La pêche industrielle épuise les océans et détruit des écosystèmes marins, alors qu'on a déjà anéanti une grande partie des populations d'animaux terrestres", déplore une participante. "Il est grand temps d'arrêter la surpêche." (Belga)

Des hommes en costume avec des têtes de poisson portaient des mallettes sur lesquelles étaient écrits des messages comme "Ecocide". Ils marchaient dans une mer de faux sang et de poissons morts. Des activistes portant des cirés jaunes de marin se tenaient autour d'eux avec des pancartes et banderoles portant les slogans "Si la mer meurt, nous mourrons avec elle" et "Plus aucun poisson dans la mer". Le groupe a nettoyé la place à l'issue de l'action. Par cette mise en scène, les activistes veulent faire passer l'idée que les quotas de pêche qui augmentent d'année en année ne respectent pas les recommandations de scientifiques. Ils s'inquiètent plus particulièrement de la surpêche dans la Méditerranée. Ocean Rebellion plaide pour que toute subvention allouée à la pêche industrielle soit redirigée vers les pêcheurs de petites structures locales. "La pêche industrielle épuise les océans et détruit des écosystèmes marins, alors qu'on a déjà anéanti une grande partie des populations d'animaux terrestres", déplore une participante. "Il est grand temps d'arrêter la surpêche." (Belga)