Cette requête est également valable pour les mesures relatives au secteur culturel - alors que le Comité de concertation (Codeco) a décidé que les théâtres et les cinémas devaient fermer leurs portes à partir de dimanche pour tenter d'endiguer la propagation du variant Omicron du coronavirus -, a précisé la porte-parole de Mme Verlinden (CD&V), Marie Verbeke, à l'agence Belga. Les policiers sur le terrain et les autorités locales sont les mieux placés pour évaluer où et quand une intervention policière est nécessaire, a-t-elle ajouté. La décision de fermer les cinémas et les théâtres en particulier a suscité de nombreuses réactions d'indignation, non seulement de la part du secteur de la culture et de l'événementiel lui-même, mais aussi de responsables politiques, dont la ministre francophone de la Culture, Bénédicte Linard (Ecolo). Elle a déclaré à la RTBF qu'elle ne comptait pas sanctionner les acteurs culturels qui resteront ouverts, malgré la décision du Comité de concertation. Certains théâtres et de nombreuses salles de cinéma, notamment à Bruxelles, Namur et Liège, ont décidé de braver l'interdit en restant ouverts dimanche alors que plusieurs bourgmestres ont fait savoir qu'ils ne demanderaient pas à la police de surveiller l'interdiction. Et la police de Bruxelles-Ixelles a déclaré qu'elle n'avait pas le temps en raison de l'action de protestation du secteur culturel au Mont des Arts. Et la justice devrait, elle aussi, fermer les yeux, comme l'a affirmé à la veille de Noël le procureur général de Mons, Ignacio de la Serna, interrogé par la RTBF. (Belga)

Cette requête est également valable pour les mesures relatives au secteur culturel - alors que le Comité de concertation (Codeco) a décidé que les théâtres et les cinémas devaient fermer leurs portes à partir de dimanche pour tenter d'endiguer la propagation du variant Omicron du coronavirus -, a précisé la porte-parole de Mme Verlinden (CD&V), Marie Verbeke, à l'agence Belga. Les policiers sur le terrain et les autorités locales sont les mieux placés pour évaluer où et quand une intervention policière est nécessaire, a-t-elle ajouté. La décision de fermer les cinémas et les théâtres en particulier a suscité de nombreuses réactions d'indignation, non seulement de la part du secteur de la culture et de l'événementiel lui-même, mais aussi de responsables politiques, dont la ministre francophone de la Culture, Bénédicte Linard (Ecolo). Elle a déclaré à la RTBF qu'elle ne comptait pas sanctionner les acteurs culturels qui resteront ouverts, malgré la décision du Comité de concertation. Certains théâtres et de nombreuses salles de cinéma, notamment à Bruxelles, Namur et Liège, ont décidé de braver l'interdit en restant ouverts dimanche alors que plusieurs bourgmestres ont fait savoir qu'ils ne demanderaient pas à la police de surveiller l'interdiction. Et la police de Bruxelles-Ixelles a déclaré qu'elle n'avait pas le temps en raison de l'action de protestation du secteur culturel au Mont des Arts. Et la justice devrait, elle aussi, fermer les yeux, comme l'a affirmé à la veille de Noël le procureur général de Mons, Ignacio de la Serna, interrogé par la RTBF. (Belga)