Les manifestants ont porté pour une photo de groupe des masques à l'effigie de Raoni Metuktire, un chef du peuple indigène kayapo au Brésil. Quelques banderoles et pancartes décoraient la rue avec des messages comme "Stop Ecocide", "SOS Amazonia" ou "Pour une loi européenne sur le climat plus forte". "Inscrire dans le statut de Rome un nouveau crime international, le crime d'écocide, est une demande que la Belgique a officiellement faite avec quelques autres Etats", a expliqué Olivier de Schutter, professeur de droit international à l'Université Catholique de Louvain et rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'?Homme et l'extrême pauvreté. "Ce n'est pas pour l'instant une proposition qui fait consensus. Il faudra de nombreuses années... Mais, symboliquement, il est très important de dire que cela ne peut plus durer, que des destructions d'écosystèmes dont nous dépendons demeurent souvent impunis... A court terme, il y a devant la chambre des représentants de Belgique une proposition de loi faite par un député pour que la Belgique inscrive dans son code pénal le nouveau crime d'atteinte grave à l'environnement, parce que les juridictions belges ne sont pas toujours suffisamment outillées pour lutter contre certaines atteintes à l'environnement". De nombreux autres intervenants ont pris la parole. Ils ont notamment appelé à l'abandon du traité de libre-échange UE-Mercosur, afin d'éviter que celui-ci ne génère des actes de déforestations en Amazonie au bénéfice de grandes exploitations agricoles. "A seulement quatre mois de la COP26 (26e Conférence des Parties des Nations unies sur le changement climatique) à Glasgow, le climat n'est pas à l'ordre du jour de leur réunion", ont déploré les organisateurs de la manifestation dans leur communiqué. "Nous exhortons donc le président du Conseil européen, Charles Michel, à inscrire le changement climatique et le pacte vert européen à l'ordre du jour de chaque Conseil européen". La manifestation était organisée par les mouvements Rise for Climate Belgium, Stop Ecocide Belgium et Espirito Mundo, avec le soutien d'autres acteurs comme Extinction Rebellion Belgium et la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. A l'initiative de mouvements citoyens pour le climat, une marche symbolique pour faire reconnaître le crime d'écocide est prévue ce dimanche au départ de la place de l'Albertine à 15h00. Les manifestants se rendront en cortège jusqu'au pied du palais de justice à Bruxelles. (Belga)

Les manifestants ont porté pour une photo de groupe des masques à l'effigie de Raoni Metuktire, un chef du peuple indigène kayapo au Brésil. Quelques banderoles et pancartes décoraient la rue avec des messages comme "Stop Ecocide", "SOS Amazonia" ou "Pour une loi européenne sur le climat plus forte". "Inscrire dans le statut de Rome un nouveau crime international, le crime d'écocide, est une demande que la Belgique a officiellement faite avec quelques autres Etats", a expliqué Olivier de Schutter, professeur de droit international à l'Université Catholique de Louvain et rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'?Homme et l'extrême pauvreté. "Ce n'est pas pour l'instant une proposition qui fait consensus. Il faudra de nombreuses années... Mais, symboliquement, il est très important de dire que cela ne peut plus durer, que des destructions d'écosystèmes dont nous dépendons demeurent souvent impunis... A court terme, il y a devant la chambre des représentants de Belgique une proposition de loi faite par un député pour que la Belgique inscrive dans son code pénal le nouveau crime d'atteinte grave à l'environnement, parce que les juridictions belges ne sont pas toujours suffisamment outillées pour lutter contre certaines atteintes à l'environnement". De nombreux autres intervenants ont pris la parole. Ils ont notamment appelé à l'abandon du traité de libre-échange UE-Mercosur, afin d'éviter que celui-ci ne génère des actes de déforestations en Amazonie au bénéfice de grandes exploitations agricoles. "A seulement quatre mois de la COP26 (26e Conférence des Parties des Nations unies sur le changement climatique) à Glasgow, le climat n'est pas à l'ordre du jour de leur réunion", ont déploré les organisateurs de la manifestation dans leur communiqué. "Nous exhortons donc le président du Conseil européen, Charles Michel, à inscrire le changement climatique et le pacte vert européen à l'ordre du jour de chaque Conseil européen". La manifestation était organisée par les mouvements Rise for Climate Belgium, Stop Ecocide Belgium et Espirito Mundo, avec le soutien d'autres acteurs comme Extinction Rebellion Belgium et la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. A l'initiative de mouvements citoyens pour le climat, une marche symbolique pour faire reconnaître le crime d'écocide est prévue ce dimanche au départ de la place de l'Albertine à 15h00. Les manifestants se rendront en cortège jusqu'au pied du palais de justice à Bruxelles. (Belga)