Le chanteur de 78 ans, passé pour la première fois sur la scène new-yorkaise il y a plus d'un demi-siècle, était attendu à partir de mercredi au Met dans une nouvelle production de "Macbeth" de Giuseppe Verdi. Le ténor a de nouveau réfuté mardi les accusations dont il est l'objet, dans une déclaration transmise à l'AFP, et s'est dit "inquiet du climat dans lequel les gens sont condamnés sans procès" équitable. Mais "après réflexion, je pense que ma prestation dans cette production de +Macbeth+ détournerait l'attention du dur labeur de mes collègues, sur scène et en coulisses", a-t-il ajouté. "J'ai donc demandé à me retirer et je remercie les dirigeants du Met d'avoir accédé à ma demande." "Le Met et M. Domingo sont tombés d'accord sur le fait qu'il lui fallait renoncer", a commenté, de son côté, l'opéra new-yorkais. Dans une enquête publiée mi-août par l'agence Associated Press, neuf femmes, dont une à visage découvert, ont affirmé avoir été sexuellement harcelées par Placido Domingo, à compter de la fin des années 80. Ces femmes ont évoqué des gestes déplacés et des appels insistants, une d'entre elle indiquant avoir eu un rapport sexuel avec lui de peur de compromettre sa carrière. L'Associated Press a publié une seconde enquête, le 7 septembre, affirmant qu'onze autres femmes, se disant aussi victimes, s'étaient manifestées depuis les premières révélations, dont une était nommée. L'Orchestre de Philadelphie et l'Opéra de San Francisco avaient annulé ses prestations, prévues cette saison, dès les accusations rendues publiques. L'opéra de Los Angeles, dont Placido Domingo est directeur général depuis 2003, a engagé un avocat pour enquêter sur les allégations relayées par AP et suspendu le ténor à titre conservatoire. Les conclusions de l'enquête n'ont pas encore été rendues publiques. Le Metropolitan Opera avait initialement indiqué qu'il se déterminerait après la publication des résultats de cette enquête. (Belga)