Le tribunal de commerce de Paris "juge que des éléments du savoir-faire de la société Guinot ont été appropriés par la société L'Oréal", selon un jugement rendu lundi et transmis mardi à l'AFP par Guinot. Le montant fixé par le tribunal est néanmoins bien inférieur aux demandes de Guinot qui exigeait 13,5 millions d'euros de dommages et intérêts car il estime que L'Oréal a considérablement entravé son développement en l'espionnant. Guinot, qui compte quelques centaines d'instituts de beauté en France, accusait L'Oréal d'avoir envoyé des "enquêteurs" chez ces derniers sans préciser d'où ils venaient. Selon Guinot, qui avait engagé des poursuites en 2017, ces enquêteurs se présentaient comme envoyés en interne par la direction du groupe lui-même, et ont obtenu des détails confidentiels sur l'offre de soins et le savoir-faire des instituts, que ce soit auprès des employés ou des clients. "En n'informant pas les esthéticiennes concernées et les consommatrices de l'identité du commanditaire de l'enquête, (L'Oréal) a usé de moyen déloyaux pour s'approprier des informations sur un concurrent direct d'une de ses filiales", a jugé le tribunal. Toutefois, il a estimé que cette opération avait eu des conséquences financières bien moins lourdes que ce qu'affirme Guinot. Pour le tribunal, en agissant ainsi, L'Oréal n'a fait que limiter un éventuel développement international, en particulier aux Etats-Unis. "En conséquence, le tribunal condamnera L'Oréal à payer en dommages et intérêt à Guinot la somme de 300.000 euros pour perte de chance de se développer à l'international", conclut la décision de justice, y ajoutant 70.000 euros de frais de justice à la charge de L'Oréal. Interrogé par l'AFP, ce dernier n'a pas exclu de faire appel, se disant en train d'"évaluer" cette possibilité. L'entreprise dit être "très surprise" de la décision et affirme chercher à "comprendre comment il a pu être considéré qu'à l'aide de huit entretiens menés par un prestataire extérieur auprès d'esthéticiennes, L'Oréal se serait accaparée le coeur du savoir-faire appartenant à la société Guinot". (Belga)

Le tribunal de commerce de Paris "juge que des éléments du savoir-faire de la société Guinot ont été appropriés par la société L'Oréal", selon un jugement rendu lundi et transmis mardi à l'AFP par Guinot. Le montant fixé par le tribunal est néanmoins bien inférieur aux demandes de Guinot qui exigeait 13,5 millions d'euros de dommages et intérêts car il estime que L'Oréal a considérablement entravé son développement en l'espionnant. Guinot, qui compte quelques centaines d'instituts de beauté en France, accusait L'Oréal d'avoir envoyé des "enquêteurs" chez ces derniers sans préciser d'où ils venaient. Selon Guinot, qui avait engagé des poursuites en 2017, ces enquêteurs se présentaient comme envoyés en interne par la direction du groupe lui-même, et ont obtenu des détails confidentiels sur l'offre de soins et le savoir-faire des instituts, que ce soit auprès des employés ou des clients. "En n'informant pas les esthéticiennes concernées et les consommatrices de l'identité du commanditaire de l'enquête, (L'Oréal) a usé de moyen déloyaux pour s'approprier des informations sur un concurrent direct d'une de ses filiales", a jugé le tribunal. Toutefois, il a estimé que cette opération avait eu des conséquences financières bien moins lourdes que ce qu'affirme Guinot. Pour le tribunal, en agissant ainsi, L'Oréal n'a fait que limiter un éventuel développement international, en particulier aux Etats-Unis. "En conséquence, le tribunal condamnera L'Oréal à payer en dommages et intérêt à Guinot la somme de 300.000 euros pour perte de chance de se développer à l'international", conclut la décision de justice, y ajoutant 70.000 euros de frais de justice à la charge de L'Oréal. Interrogé par l'AFP, ce dernier n'a pas exclu de faire appel, se disant en train d'"évaluer" cette possibilité. L'entreprise dit être "très surprise" de la décision et affirme chercher à "comprendre comment il a pu être considéré qu'à l'aide de huit entretiens menés par un prestataire extérieur auprès d'esthéticiennes, L'Oréal se serait accaparée le coeur du savoir-faire appartenant à la société Guinot". (Belga)