La représentante américaine au Commerce (USTR), Katherine Tai, avait annoncé le 12 mai avoir invoqué pour la première fois un mécanisme spécifique sur le droit syndical prévu dans le cadre du nouvel accord commercial AEUMC pour demander à Mexico de déterminer si les droits de certains employés d'une usine de Silao avaient été ou non bafoués. L'accord de libre-échange Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), qui a remplacé l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) le 1er juillet 2020, contient des dispositifs destinés à améliorer les conditions de travail et sociales. L'administration américaine avait lancé cette procédure en mai après avoir reçu des informations "semblant refléter de sérieuses violations des droits des travailleurs à Silao", dans l'Etat de Guanajuato. Elle avait alors précisé que ces violations portaient sur le déni du droit de réunion et de négociation collective. L'accord prévoit que le gouvernement mexicain s'assurera du respect des droits syndicaux des employés de l'usine GM de Silao. "L'USTR s'engage à prendre des mesures agressives et appropriées, et à utiliser tous les outils disponibles, pour garantir que nos partenaires commerciaux ne puissent pas obtenir un avantage injuste en permettant aux travailleurs d'être exploités ou désavantagés", a indiqué l'administration Biden. "Il ne suffit pas d'avoir des promesses dans un accord commercial - une action efficace et un engagement diligent et continu sont nécessaires", ajoute-t-elle. L'USTR précise qu'il va s'assurer que l'accord trouvé soit bien mis en ?uvre. (Belga)

La représentante américaine au Commerce (USTR), Katherine Tai, avait annoncé le 12 mai avoir invoqué pour la première fois un mécanisme spécifique sur le droit syndical prévu dans le cadre du nouvel accord commercial AEUMC pour demander à Mexico de déterminer si les droits de certains employés d'une usine de Silao avaient été ou non bafoués. L'accord de libre-échange Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), qui a remplacé l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) le 1er juillet 2020, contient des dispositifs destinés à améliorer les conditions de travail et sociales. L'administration américaine avait lancé cette procédure en mai après avoir reçu des informations "semblant refléter de sérieuses violations des droits des travailleurs à Silao", dans l'Etat de Guanajuato. Elle avait alors précisé que ces violations portaient sur le déni du droit de réunion et de négociation collective. L'accord prévoit que le gouvernement mexicain s'assurera du respect des droits syndicaux des employés de l'usine GM de Silao. "L'USTR s'engage à prendre des mesures agressives et appropriées, et à utiliser tous les outils disponibles, pour garantir que nos partenaires commerciaux ne puissent pas obtenir un avantage injuste en permettant aux travailleurs d'être exploités ou désavantagés", a indiqué l'administration Biden. "Il ne suffit pas d'avoir des promesses dans un accord commercial - une action efficace et un engagement diligent et continu sont nécessaires", ajoute-t-elle. L'USTR précise qu'il va s'assurer que l'accord trouvé soit bien mis en ?uvre. (Belga)