Les objectifs fixés dans la capitale française en décembre 2015 de maintenir la hausse moyenne des températures à moins de 2°C par rapport au niveau d'avant la Révolution industrielle "requièrent une décarbonation rapide du secteur mondial de la production d'énergie et la fin graduelle des centrales à charbon dans l'UE autour de 2030", selon l'étude publiée jeudi par cet institut qui promeut le développement durable. Climate Analytics a calculé que le "budget carbone" de l'UE, à savoir ce qu'elle peut émettre de CO2 si elle veut rester sous la limite des 2°C, est de 6,5 gigatonnes d'ici à 2050. Les auteurs du rapport soulignent qu'au rythme actuel des opérations programmées des centrales à charbon, ce budget sera dépassé de 85% d'ici à cette date. La part du charbon et du lignite dans la production d'électricité de l'UE a chuté de 21% entre 1990 et 2014, soit 1% par an, d'après les chiffres de l'Agence européenne de l'Environnement. Elle représentait en 2014 le quart de la production d'électricité européenne d'électricité, contre 40% en 1990, tandis que, dans le même laps de temps, la part des énergies renouvelables est passée de 13% à 29%. Les experts de Climate Analytics soulignent que deux pays, l'Allemagne et la Pologne, sont responsables de 51% des capacités installées et de 54% des émissions issues des centrales à charbon. "Il y a une disparité croissante entre les Etats membres dans leur approche de l'avenir du charbon", notent-ils, déplorant la construction ou les projets de centrales à charbon dans certains pays comme la Pologne et la Grèce. Pour respecter la limite de la hausse des températures, l'institut considère que le quart des centrales à charbon qui fonctionnent déjà devront être fermées d'ici à 2025, puis 47% d'ici à 2025. (Belga)

Les objectifs fixés dans la capitale française en décembre 2015 de maintenir la hausse moyenne des températures à moins de 2°C par rapport au niveau d'avant la Révolution industrielle "requièrent une décarbonation rapide du secteur mondial de la production d'énergie et la fin graduelle des centrales à charbon dans l'UE autour de 2030", selon l'étude publiée jeudi par cet institut qui promeut le développement durable. Climate Analytics a calculé que le "budget carbone" de l'UE, à savoir ce qu'elle peut émettre de CO2 si elle veut rester sous la limite des 2°C, est de 6,5 gigatonnes d'ici à 2050. Les auteurs du rapport soulignent qu'au rythme actuel des opérations programmées des centrales à charbon, ce budget sera dépassé de 85% d'ici à cette date. La part du charbon et du lignite dans la production d'électricité de l'UE a chuté de 21% entre 1990 et 2014, soit 1% par an, d'après les chiffres de l'Agence européenne de l'Environnement. Elle représentait en 2014 le quart de la production d'électricité européenne d'électricité, contre 40% en 1990, tandis que, dans le même laps de temps, la part des énergies renouvelables est passée de 13% à 29%. Les experts de Climate Analytics soulignent que deux pays, l'Allemagne et la Pologne, sont responsables de 51% des capacités installées et de 54% des émissions issues des centrales à charbon. "Il y a une disparité croissante entre les Etats membres dans leur approche de l'avenir du charbon", notent-ils, déplorant la construction ou les projets de centrales à charbon dans certains pays comme la Pologne et la Grèce. Pour respecter la limite de la hausse des températures, l'institut considère que le quart des centrales à charbon qui fonctionnent déjà devront être fermées d'ici à 2025, puis 47% d'ici à 2025. (Belga)