Lundi, leur journée entamée à 9h30 fut longue. Ils se sont quittés vers minuit en continuant d'observer le mutisme auquel ils se sont engagés il y a quelques jours.

On a toutefois appris qu'outre la mobilité, l'économie, l'emploi et la formation, ils ont achevé l'examen des chapitres de l'environnement et du social (au niveau bi-communautaire).

Leurs travaux de mardi seront consacrés, semble-t-il au délicat dossier de la propreté publique. Cela pourrait également les mener tard dans la soirée.

Si l'on en croit la négociatrice socialiste Laurette Onkelinx, interrogée avec insistance à son arrivée sur l'impact de la situation politique en Wallonie, les négociateurs des formations autour de la table iront "jusqu'au bout".

"La négociation a été bien entamée. Elle est constructive", a-t-elle ajouté, laissant entendre qu'il n'était pas question de changer la composition de l'attelage en formation pour y faire entrer le MR.

Une source proche des négociateurs a évoqué une issue positive des discussions pour la fin de la semaine. Des dates commencent à circuler, à titre prévisionnel, au sein des partis, pour organiser des assemblées, conseils, voire congrès de participation au début de la semaine prochaine, voire à peine plus tard. La date-symbole du 21 juillet est toujours dans le viseur de plusieurs négociateurs en vue de l'installation définitive de la future majorité et d'un gouvernement en Région bruxelloise.