Certes le cloisonnement institutionnel du pays veut qu'ils n'étaient pas autorisés à prendre la parole lors de la lecture du texte de l'autre communauté, mais il s'agit d'une première, dans l'histoire de la Région, à l'initiative des formations de la nouvelle majorité régionale.

En ce qui concerne la Commission Communautaire française, il ressort de la lecture de la déclaration par la nouvelle ministre-présidente Barbara Trachte (Ecolo) que l'on compte dépasser le seuil du symbole, pour améliorer la coordination des politiques menées par différents niveaux de pouvoir compétents à Bruxelles, et au-delà.

Pour cette institution en charge d'une série de matières directement liées au quotidien des francophones de la capitale (Aide aux personnes, Cohésion sociale, Culture, Tourisme, ...) c'est certes une question de moyens qu'il importe de mutualiser dans l'intéret d'une institution à l'étroit dans son corset budgétaire. Mais c'est surtout parce que les politiques qu'elle mène au profit du million d'habitants francophones à Bruxelles, sont étroitement liées à celles menées par d'autres entités, a dit en substance Mme Trachte.

En outre, le gouvernement francophne bruxellois oppose, selon elle, "les valeurs de solidarité et d'émancipation aux tentations de repli identitaire et d'obscurantisme".

Il s'inscrira par ailleurs dans une culture d'évaluation permanente de ses politiques, de bonne gouvernance et de transparence.

Il organisera aussi des états-généraux de la santé et du social bruxellois dans une démarche collaborative et visera une coordination des textes dépendant des Commissions Communautaires française et commune de Bruxelles.

Les ministres francophones bruxellois souhaitent également l'adoption d'un nouveau plan de lutte contre la pauvreté, et d'un plan transversal pour l'inclusion de la jeunesse en collaboration avec l'ensemble des entités qui y ont un rôle à jouer.

En un mot comme en cent, "l'accord du gouvernement francophone bruxellois a été conçu en partant des besoins des Bruxellois(es) et en envisageant pour chacune des compétences une articulation optimalisée entre les entités", a conclu Barbara Trachte.