Les familles avaient jusqu'au 20 septembre pour demander des compléments d'enquête et une prolongation a été accordée jusqu'à la mi-octobre à celles qui se sont annoncées. "Pour l'heure, je n'ai reçu qu'un tout petit nombre de requêtes", a indiqué Olivier Elsig, sans donner d'indication sur la nature de celles-ci. Le ministère public devra se prononcer sur les requêtes reçues. En cas de rejet, les familles auront encore la possibilité de recourir, mais seulement dans le cadre de la décision finale et auprès du Tribunal cantonal.

Pour l'heure, difficile de dire quand tombera cette décision finale. Cela dépendra du traitement des compléments d'enquête demandés, précise Olivier Elsig.

En mai dernier, le procureur valaisan avait informé les familles belges des conclusions de son enquête. L'inattention du chauffeur ou un malaise, ou les deux sont à l'origine de l'accident. Le chauffeur étant décédé dans le drame, un classement de la procédure est envisagé.

Les familles avaient jusqu'au 20 septembre pour demander des compléments d'enquête et une prolongation a été accordée jusqu'à la mi-octobre à celles qui se sont annoncées. "Pour l'heure, je n'ai reçu qu'un tout petit nombre de requêtes", a indiqué Olivier Elsig, sans donner d'indication sur la nature de celles-ci. Le ministère public devra se prononcer sur les requêtes reçues. En cas de rejet, les familles auront encore la possibilité de recourir, mais seulement dans le cadre de la décision finale et auprès du Tribunal cantonal. Pour l'heure, difficile de dire quand tombera cette décision finale. Cela dépendra du traitement des compléments d'enquête demandés, précise Olivier Elsig. En mai dernier, le procureur valaisan avait informé les familles belges des conclusions de son enquête. L'inattention du chauffeur ou un malaise, ou les deux sont à l'origine de l'accident. Le chauffeur étant décédé dans le drame, un classement de la procédure est envisagé.