Un tribunal de Los Angeles a validé un accord amiable portant sur une somme de 852 millions de dollars (724 millions d'euros) et concernant plus de 700 victimes présumées, a indiqué dans un communiqué Gloria Allred, dont le cabinet représente des dizaines de plaignantes. Cette somme s'ajoute à un précédent accord d'un montant de 215 millions de dollars conclu fin 2018 dans le cadre d'une action de groupe menée au niveau fédéral, ce qui en fait "le plus gros accord amiable pour des abus sexuels jamais conclu avec une université aux Etats-Unis", relève Mme Allred. Le Dr George Tyndall, 74 ans, a fait l'objet de plusieurs centaines d'accusations de la part de patientes au cours des trente dernières années, dénonçant attouchements et viols. Selon les témoignages, le gynécologue s'en prenait souvent aux étudiantes étrangères, en particulier asiatiques, qui ne parlaient pas couramment anglais et n'étaient pas habituées aux examens gynécologiques. Malgré des signalements répétés, il n'avait jamais été inquiété jusqu'à une enquête interne en 2016 déclenchée par une infirmière, qui avait conclu à des pratiques anormales d'examen. Cela n'a pas empêché le gynécologue, qui a toujours nié les faits, de partir à la retraite en 2017 à la faveur d'un accord avec l'USC, dont les modalités financières n'ont pas été dévoilées. L'homme a été arrêté en juin 2019 et inculpé pour divers abus sexuels sur une vingtaine de femmes au total, pour des faits remontant jusqu'à 2009 bien que les plaintes portent sur une période bien plus longue. Le Dr Tyndall est actuellement en liberté sous caution et risque plus de 50 ans de prison s'il est condamné. (Belga)

Un tribunal de Los Angeles a validé un accord amiable portant sur une somme de 852 millions de dollars (724 millions d'euros) et concernant plus de 700 victimes présumées, a indiqué dans un communiqué Gloria Allred, dont le cabinet représente des dizaines de plaignantes. Cette somme s'ajoute à un précédent accord d'un montant de 215 millions de dollars conclu fin 2018 dans le cadre d'une action de groupe menée au niveau fédéral, ce qui en fait "le plus gros accord amiable pour des abus sexuels jamais conclu avec une université aux Etats-Unis", relève Mme Allred. Le Dr George Tyndall, 74 ans, a fait l'objet de plusieurs centaines d'accusations de la part de patientes au cours des trente dernières années, dénonçant attouchements et viols. Selon les témoignages, le gynécologue s'en prenait souvent aux étudiantes étrangères, en particulier asiatiques, qui ne parlaient pas couramment anglais et n'étaient pas habituées aux examens gynécologiques. Malgré des signalements répétés, il n'avait jamais été inquiété jusqu'à une enquête interne en 2016 déclenchée par une infirmière, qui avait conclu à des pratiques anormales d'examen. Cela n'a pas empêché le gynécologue, qui a toujours nié les faits, de partir à la retraite en 2017 à la faveur d'un accord avec l'USC, dont les modalités financières n'ont pas été dévoilées. L'homme a été arrêté en juin 2019 et inculpé pour divers abus sexuels sur une vingtaine de femmes au total, pour des faits remontant jusqu'à 2009 bien que les plaintes portent sur une période bien plus longue. Le Dr Tyndall est actuellement en liberté sous caution et risque plus de 50 ans de prison s'il est condamné. (Belga)