La nouvelle version d'un projet républicain, consistant en une abrogation totale et un remplacement du système de couverture santé instauré par l'ancien président démocrate a été rejetée par 57 voix contre 43, mardi soir. Neuf sénateurs républicains se sont joints à l'opposition démocrate pour dire "non" au texte, que l'on peut ranger dans l'option "Repeal and Replace" (abroger et remplacer). Il s'agissait d'une mouture modifiée du "Better Care Reconciliation Act", qui n'a cependant pas encore fait l'objet d'une évaluation du Bureau du budget du Congrès (CBO), notamment quant au nombre de personnes qu'elle risquerait de laisser non-assurées à l'avenir. Cette proposition avait été fignolée par le leader des Républicains au Sénat, Mitch McConnell, et contient l'abandon de l'obligation, pour une grande part de la population, de souscrire à une assurance santé. Le texte intégrait notamment une mesure proposée par Ted Crux, sénateur texan, qui aurait permis aux compagnies d'assurance de vendre des plans de couverture santé limités ne couvrant pas le minimum actuellement requis dans le cadre d'Obamacare, par exemple des packs ne comprenant pas les soins liés à la maternité. Par 55 voix contre 45, les sénateurs ont ensuite rejeté mercredi, une proposition portant sur une abrogation partielle sans remplacement immédiat, qui ne nécessitait, contrairement au premier texte, qu'une majorité simple. Cet amendement visait une abrogation, dans un délai de deux ans, d'importantes parts de l'"Affordable Care Act", base législative d'Obamacare. Sept républicains, dont John McCain, ont joint leur "non" à celui des 48 démocrates. Cette option d'abrogation, portée notamment par le conservateur Rand Paul, est celle qui a été jugée jusqu'ici la plus dommageable en termes d'assurés par le CBO. Elle augmenterait de 32 millions le nombre de citoyens non-assurés d'ici à 2026, par rapport à un statu quo avec maintien d'Obamacare, rapporte le New York Times. (Belga)

La nouvelle version d'un projet républicain, consistant en une abrogation totale et un remplacement du système de couverture santé instauré par l'ancien président démocrate a été rejetée par 57 voix contre 43, mardi soir. Neuf sénateurs républicains se sont joints à l'opposition démocrate pour dire "non" au texte, que l'on peut ranger dans l'option "Repeal and Replace" (abroger et remplacer). Il s'agissait d'une mouture modifiée du "Better Care Reconciliation Act", qui n'a cependant pas encore fait l'objet d'une évaluation du Bureau du budget du Congrès (CBO), notamment quant au nombre de personnes qu'elle risquerait de laisser non-assurées à l'avenir. Cette proposition avait été fignolée par le leader des Républicains au Sénat, Mitch McConnell, et contient l'abandon de l'obligation, pour une grande part de la population, de souscrire à une assurance santé. Le texte intégrait notamment une mesure proposée par Ted Crux, sénateur texan, qui aurait permis aux compagnies d'assurance de vendre des plans de couverture santé limités ne couvrant pas le minimum actuellement requis dans le cadre d'Obamacare, par exemple des packs ne comprenant pas les soins liés à la maternité. Par 55 voix contre 45, les sénateurs ont ensuite rejeté mercredi, une proposition portant sur une abrogation partielle sans remplacement immédiat, qui ne nécessitait, contrairement au premier texte, qu'une majorité simple. Cet amendement visait une abrogation, dans un délai de deux ans, d'importantes parts de l'"Affordable Care Act", base législative d'Obamacare. Sept républicains, dont John McCain, ont joint leur "non" à celui des 48 démocrates. Cette option d'abrogation, portée notamment par le conservateur Rand Paul, est celle qui a été jugée jusqu'ici la plus dommageable en termes d'assurés par le CBO. Elle augmenterait de 32 millions le nombre de citoyens non-assurés d'ici à 2026, par rapport à un statu quo avec maintien d'Obamacare, rapporte le New York Times. (Belga)