Voici qui sans doute n'existerait pas dans un enseignement où chacun occuperait une section en fonction de ses aptitudes du moment, très variables selon les adolescents, et susceptibles d'évoluer via des passerelles. L'évaluation y serait strictement informative -ce qui n'exclut pas la récompense du mérite ni la nécessaire habituation à l'étude-, sans conduire au redoublement, redoutable vecteur de baisse d'estime de soi voire de dépression.

J'ajouterai suite à l'une ou l'autre réaction que ceci ne constitue évidemment pas une critique des professeurs de ce garçon -dont on ne connaît pas l'histoire par ailleurs- ni de leur manière d'évaluer, qui ne fait que s'aligner sur les préceptes d'un système évaluatif qui, lui, est largement critiquable.

Voici qui sans doute n'existerait pas dans un enseignement où chacun occuperait une section en fonction de ses aptitudes du moment, très variables selon les adolescents, et susceptibles d'évoluer via des passerelles. L'évaluation y serait strictement informative -ce qui n'exclut pas la récompense du mérite ni la nécessaire habituation à l'étude-, sans conduire au redoublement, redoutable vecteur de baisse d'estime de soi voire de dépression. J'ajouterai suite à l'une ou l'autre réaction que ceci ne constitue évidemment pas une critique des professeurs de ce garçon -dont on ne connaît pas l'histoire par ailleurs- ni de leur manière d'évaluer, qui ne fait que s'aligner sur les préceptes d'un système évaluatif qui, lui, est largement critiquable.