"Les progrès dans l'accès à des services de santé adéquats resteront difficiles sans des mécanismes financiers adéquats", a souligné la Reine, ambassadrice pour l'ONU des Objectifs de développement durable (ODD), qui peinent à atteindre leur but faute de financement.

Mathilde était l'invitée principale d'un événement sur les enfants et les personnes confrontées au handicap et au retard mental, dans le cadre prestigieux de la Bibliothèque publique de New York, à l'initiative de l'Unicef, l'OMS, les Special Olympics et l'Autism Speaks, un organisme qui soutient les familles concernées par l'autisme aux États-Unis. Elle a plaidé pour que la "couverture santé universelle" - l'accès de tous dans un pays aux services de santé sans encourir de difficultés financières - soit "comme son nom l'indique: universelle", c'est-à-dire accessible partout sur la planète. Un voeu pieux que l'ONU cherche pourtant à concrétiser à travers ses programmes.

L'organisation mondiale réunira jeudi des dirigeants de gouvernements, d'entreprises et du secteur financier à New York pour le premier Dialogue de haut niveau sur le financement du développement.

Au-delà de l'aspect financier, Mathilde a aussi appelé à accorder plus d'attention au côté humain: face aux "réactions inadéquates, à la stigmatisation et même à la négligence" auxquelles sont confrontées les personnes handicapées, elle a souligné la nécessité d'une bonne information ainsi que d'une formation adéquate des enseignants et des travailleurs de la santé. (Belga)