Parmi eux, 21 ont été testés positifs au nouveau coronavirus, selon les chiffres obtenus tard lundi soir auprès du ministère. Dans la nuit du 8 au 9 septembre, le méga-camp de Moria, le plus grand d'Europe, ouvert il y a cinq ans au pic de la crise migratoire, a été entièrement détruit par les flammes, laissant sans abri ses 12.000 occupants qui y logeaient dans des conditions insalubres. La plupart dorment sur le bitume, les trottoirs, dans les champs ou des bâtiments abandonnés. Ils refusent de se rendre dans le nouveau camp monté à quelques encâblures des ruines de Moria, craignant de ne plus pouvoir quitter l'île une fois à l'intérieur. Mais quelque 800 exilés, selon le ministère, qui logeaient depuis des mois voire des années à Moria, sont désormais logés dans le camp temporaire, fermé à la presse, malgré la chaleur, l'absence de douches et de matelas, selon des témoignages recueillis par l'AFP. Ils craignent l'animosité des insulaires, dont beaucoup s'opposent au maintien des migrants à Lesbos. (Belga)

Parmi eux, 21 ont été testés positifs au nouveau coronavirus, selon les chiffres obtenus tard lundi soir auprès du ministère. Dans la nuit du 8 au 9 septembre, le méga-camp de Moria, le plus grand d'Europe, ouvert il y a cinq ans au pic de la crise migratoire, a été entièrement détruit par les flammes, laissant sans abri ses 12.000 occupants qui y logeaient dans des conditions insalubres. La plupart dorment sur le bitume, les trottoirs, dans les champs ou des bâtiments abandonnés. Ils refusent de se rendre dans le nouveau camp monté à quelques encâblures des ruines de Moria, craignant de ne plus pouvoir quitter l'île une fois à l'intérieur. Mais quelque 800 exilés, selon le ministère, qui logeaient depuis des mois voire des années à Moria, sont désormais logés dans le camp temporaire, fermé à la presse, malgré la chaleur, l'absence de douches et de matelas, selon des témoignages recueillis par l'AFP. Ils craignent l'animosité des insulaires, dont beaucoup s'opposent au maintien des migrants à Lesbos. (Belga)