À Anvers, attention au troisième larron: le PVDA et le Vlaams Belang tentent leur chance

10/10/18 à 11:04 - Mise à jour à 11:18

Source: Knack

De Wever contre Van Besien, Vande Lanotte contre Tommelein... Même si cette bataille électorale abonde de duels personnels, on se rend compte que dans un paysage politique polarisé, c'est toujours un parti tiers qui fait osciller la balance. Et qui décide qui sera bourgmestre et qui ne le sera pas.

Une coalition monstrueuse. Le week-end dernier, Bart De Wever a utilisé l'expression pour la première fois. Si elle sonne bien, elle a une connotation très négative, et c'était évidemment l'intention du plus grand communicateur politique de notre époque. C'est une manière pour De Wever d'avertir l'électeur du centre anversois que chaque voix qui ne va pas à sa N-VA risque d'être un élément d'une administration de "gauche". Cette union anti-N-VA très large ne se compose pas uniquement de partis du centre tels que le CD&V et l'Open VLD et de Groen et le sp.a, mais aussi du PTB d'extrême gauche. Mais quel Anversois voudrait d'un Venezuela sur l'Escaut ? Dans la logique de la coalition monstre, tout parti (moins le Vlaams Belang) est donc un allié potentiel du PVDA (PTB).
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires