Nicolas de Pape

Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, s'inquiète de la résurgence de l'antisémitisme dans son pays et constate dans Der Spiegel (26 janvier 2020) : "Nous devons prendre des mesures d'urgence pour éviter un départ massif des Juifs d'Allemagne." Comment en est-on arrivé là ? Dans mon dernier essai : "Sur la nouvelle question juive" (Texquis edition), je tente d'y répondre.

Le ministre CD&V du gouvernement flamand Benjamin Dalle a sévèrement critiqué mardi matin, au micro de la VRT (Radio 1), la manière dont le président du PS Paul Magnette a définitivement fermé la porte à une alliance de son parti avec la N-VA au fédéral en fin de semaine dernière: "Magnette se comporte en saboteur du système et en allié objectif des séparatistes", dit-il, faisant en ce sens écho aux paroles de Theo Francken au même moment sur La Première. En matinée également, Paul Magnette a lui-même critiqué via Twitter l'attitude de Koen Geens (CD&V) et de Bart De Wever (N-VA), et leurs "contrevérités et attaques personnelles".

La FGTB a appelé mardi à la constitution d'une "majorité parlementaire contre la pauvreté" alors que la Chambre doit débattre mercredi en Commission Affaires Sociales du relèvement des allocations sociales au-dessus du seuil de pauvreté.

Theo Francken, ex-secrétaire d'État et actuel député N-VA, a estimé mardi matin au micro de La Première (RTBF) qu'une coalition Vivaldi associant les socialistes, les libéraux, les écologistes et le CD&V serait, au niveau fédéral, "la partition parfaite pour la fin de la Belgique". Vivaldi, ce sont sept partis avec des positions parfois divergentes (il prend l'exemple de la... régularisation des sans papiers), qui devront faire face à l'opposition de la N-VA, souligne-t-il.

Le Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax) enregistre une hausse des signalements de 26 %, s'élevant à 400 en 2019, contre 318 en 2018, rapporte La Libre Belgique mardi.

Évitez d'utiliser des images des chars carnavalesques présentant des caricatures juives, demandent aux médias trois professeurs spécialisés dans l'antisémitisme dans une carte blanche publiée dans De Morgen mardi. Ces images ne sont pas innocentes et mènent à des sentiments anti-juif, met en garde le professeur de théologie Didier Pollefeyt (KU Leuven).

La N-VA et le PS semblaient d'accord pour reconnaître que la Belgique était devenue "ingouvernable" et qu'une "transformation fondamentale" s'imposait. Mais au lieu de prendre les problèmes à bras-le-corps, le président du PS, Paul Magnette, a "tourné le dos", a commenté le président de la N-VA, Bart De Wever, lundi soir dans l'émission Terzake, consacrée à la nouvelle impasse dans laquelle est plongée la formation d'un gouvernement fédéral.

La présidente de Groen Meyrem Almaci a quitté lundi après-midi le Palais Royal où elle a été reçue par le roi Philippe sans faire de déclaration. L'agenda des audiences de mardi prend forme petit à petit: se présenteront successivement mardi matin, les présidents du sp.a, du MR et d'Ecolo.

Le cabinet du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine a défendu lundi sa procédure de contrôle de la garantie de revenus aux personnes âgées (Grapa) devant une délégation, composée notamment de la Ligue des droits humains, qui la critiquent. Ce complément à la pension est octroyé aux personnes de plus de 65 ans qui n'ont pas assez de rentrées pour subsister.

Article du magazine

La protection des délégués et candidats délégués syndicaux est-elle excessive ? Depuis 1991, ils bénéficient d'une législation antilicenciement, même s'ils ne sont pas élus. A l'approche, tous les quatre ans et cette année en mai, des élections sociales, les employeurs la fustigent, la trouvant disproportionnée. "Elle est au contraire indispensable", assure Sophie Remouchamps, avocate spécialisée en droit du travail.

La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten n'a pas été charmée lundi matin par les paroles de Bart De Wever appelant à la formation d'un "front flamand" face aux "ukases" du PS. "Former un front, c'est du vocabulaire guerrier. L'Open Vld ne marche pas là-dedans", a-t-elle réagi via Twitter. Le président du CD&V Joachim Coens n'est pas enthousiasmé lundi par l'idée d'un "front" flamand, mais tient aussi à mettre en garde le PS: "s'ils continuent de rendre impossible une majorité côté flamand, c'est un gros problème".