Pas moins de 93% des contrevenants ont payé leur amende spontanément après réception de la perception immédiate et/ou de la proposition de transaction. La numérisation approfondie du traitement des amendes routières a permis de réduire de 10% le nombre global de courriers envoyés. Il est passé de 7,8 millions en 2018 à 7,1 millions en 2019. L'ordre de paiement, mis en place en 2020, permet au SPF Finances d'organiser une exécution forcée du montant dû. Cette étape inciterait les contrevenants à payer en temps et en heure et à n'enclencher la procédure devant le tribunal de police qu'en cas de contestation. En l'absence de paiement ou de recours, le SPF Finances peut, par exemple, retenir le montant de l'amende due sur le remboursement d'impôts éventuellement dus. Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), souligne également la diminution de la charge de travail de la police, de l'administration et des parquets grâce au projet Crossborder. Selon Koen Ricour, directeur de la Police fédérale de la route, les chiffres montrent que l'automatisation du processus conduit à une politique de réponse immédiate. "Bien que cela renforce notre combat pour la sécurité routière, nous ne devons pas perdre de vue que l'excès de vitesse reste l'une des principales causes d'accidents et cela montre que nous devons poursuivre nos efforts. Ce projet d'automatisation permet également de déployer davantage de policiers sur le terrain pour la sécurité routière. Les gens paient plus vite et plus souvent, mais je préfèrerais qu'ils conduisent moins vite", ajoute-t-il. (Belga)

Pas moins de 93% des contrevenants ont payé leur amende spontanément après réception de la perception immédiate et/ou de la proposition de transaction. La numérisation approfondie du traitement des amendes routières a permis de réduire de 10% le nombre global de courriers envoyés. Il est passé de 7,8 millions en 2018 à 7,1 millions en 2019. L'ordre de paiement, mis en place en 2020, permet au SPF Finances d'organiser une exécution forcée du montant dû. Cette étape inciterait les contrevenants à payer en temps et en heure et à n'enclencher la procédure devant le tribunal de police qu'en cas de contestation. En l'absence de paiement ou de recours, le SPF Finances peut, par exemple, retenir le montant de l'amende due sur le remboursement d'impôts éventuellement dus. Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), souligne également la diminution de la charge de travail de la police, de l'administration et des parquets grâce au projet Crossborder. Selon Koen Ricour, directeur de la Police fédérale de la route, les chiffres montrent que l'automatisation du processus conduit à une politique de réponse immédiate. "Bien que cela renforce notre combat pour la sécurité routière, nous ne devons pas perdre de vue que l'excès de vitesse reste l'une des principales causes d'accidents et cela montre que nous devons poursuivre nos efforts. Ce projet d'automatisation permet également de déployer davantage de policiers sur le terrain pour la sécurité routière. Les gens paient plus vite et plus souvent, mais je préfèrerais qu'ils conduisent moins vite", ajoute-t-il. (Belga)