Ces accidents de la circulation ont fait 49.354 victimes parmi lesquelles 5.114 blessés légers, 3.636 blessés graves et 604 personnes ayant perdu la vie dans les 30 jours suivant l'accident.

Par rapport à 2017, ces chiffres représentent une légère hausse du nombre d'accident (+1,1%) et de blessés légers (+0,9%) mais une baisse du nombre de blessés graves (-3,3%).

Les automobilistes représentent la majorité des tués de la route (285), malgré une baisse continue ces dernières années. Il s'agit en effet du meilleur résultat obtenu pendant la période 2005-2018, souligne Statbel.

En revanche, les cyclistes tués dans un accident de la route sont en hausse (89 contre 76 en 2017, +17%), de même que les motocyclistes (87 tués contre 77 en 2017, +13%). Avec 74 tués, les piétons affichent pour leur part leur meilleur résultat depuis 2005, en baisse de 22% par rapport à l'année dernière.

A l'échelle régionale, le nombre d'accident baisse légèrement en Wallonie (-0,3%) et à Bruxelles (-0,3%) mais augmente en Flandre (+2%). Le même constat est fait concernant le nombre de tués: celui-ci baisse de façon assez marquée en Wallonie (-4,5%) et à Bruxelles (-12,5%) tandis que la Flandre enregistre une augmentation de 3,7%, passant de 299 tués dans les 30 jours en 2017 à 310 en 2018. Les blessés graves sont par contre en diminution dans toutes les régions du pays, avec respectivement une baisse de 8,8% en région bruxelloise, de 4,2% en Wallonie et de 2,6% en Flandre.

Le Hainaut est la province où l'on dénombre le plus grand nombre de tués avec 91 victimes mortelles tandis que la province du Brabant wallon se distingue comme la plus sure sur les routes avec 18 tués recensés.

Même s'ils restent le groupe d'âge le plus touché (17,5% des victimes mortelles), les jeunes entre 20 et 29 ans sont de plus en plus prudents derrière leur volant. Pour preuve, ils étaient 264 en 2005 à avoir perdu la vie dans un accident de la circulation, ce qui représentait alors 23,3% des tués.

Ces accidents de la circulation ont fait 49.354 victimes parmi lesquelles 5.114 blessés légers, 3.636 blessés graves et 604 personnes ayant perdu la vie dans les 30 jours suivant l'accident. Par rapport à 2017, ces chiffres représentent une légère hausse du nombre d'accident (+1,1%) et de blessés légers (+0,9%) mais une baisse du nombre de blessés graves (-3,3%). Les automobilistes représentent la majorité des tués de la route (285), malgré une baisse continue ces dernières années. Il s'agit en effet du meilleur résultat obtenu pendant la période 2005-2018, souligne Statbel. En revanche, les cyclistes tués dans un accident de la route sont en hausse (89 contre 76 en 2017, +17%), de même que les motocyclistes (87 tués contre 77 en 2017, +13%). Avec 74 tués, les piétons affichent pour leur part leur meilleur résultat depuis 2005, en baisse de 22% par rapport à l'année dernière. A l'échelle régionale, le nombre d'accident baisse légèrement en Wallonie (-0,3%) et à Bruxelles (-0,3%) mais augmente en Flandre (+2%). Le même constat est fait concernant le nombre de tués: celui-ci baisse de façon assez marquée en Wallonie (-4,5%) et à Bruxelles (-12,5%) tandis que la Flandre enregistre une augmentation de 3,7%, passant de 299 tués dans les 30 jours en 2017 à 310 en 2018. Les blessés graves sont par contre en diminution dans toutes les régions du pays, avec respectivement une baisse de 8,8% en région bruxelloise, de 4,2% en Wallonie et de 2,6% en Flandre. Le Hainaut est la province où l'on dénombre le plus grand nombre de tués avec 91 victimes mortelles tandis que la province du Brabant wallon se distingue comme la plus sure sur les routes avec 18 tués recensés. Même s'ils restent le groupe d'âge le plus touché (17,5% des victimes mortelles), les jeunes entre 20 et 29 ans sont de plus en plus prudents derrière leur volant. Pour preuve, ils étaient 264 en 2005 à avoir perdu la vie dans un accident de la circulation, ce qui représentait alors 23,3% des tués.