"En 2009, on en recensait 2.246. 1.344 étaient originaires de Flandre, 668 de Wallonie, 216 de la Région bruxelloise et 18 de l'étranger. En 2018, on est passé à 3.189, dont 1.761 Flamands, 972 Wallons, 247 Bruxellois et 209 étrangers", détaille Olivier Maüen, porte-parole du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI).

Il explique le phénomène par un "désir de retourner vers des circuits courts et à la tendance du zéro déchet".

"En 2009, on en recensait 2.246. 1.344 étaient originaires de Flandre, 668 de Wallonie, 216 de la Région bruxelloise et 18 de l'étranger. En 2018, on est passé à 3.189, dont 1.761 Flamands, 972 Wallons, 247 Bruxellois et 209 étrangers", détaille Olivier Maüen, porte-parole du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI). Il explique le phénomène par un "désir de retourner vers des circuits courts et à la tendance du zéro déchet".