Un bon nombre d'entre eux pourront toutefois rejoindre l'établissement préféré au terme du processus, précise-t-on au cabinet de la ministre de l'enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet.

Le nombre de cas problématiques est sensiblement plus élevé que l'an dernier, où 4.267 écoliers s'étaient retrouvés dans la même situation (703 en plus).

Au total, 69 écoles ont dû refuser des enfants, sur un total de 485 (contre 63 l'an passé). Le problème s'aggrave à Bruxelles, où 35 écoles ont affiché complet (contre 31 l'année dernière), mais la situation s'améliore dans le Brabant wallon, où trois écoles ont refusé des candidatures (contre 9). La ville de Liège est également confrontée à un engorgement, avec 10 écoles complètes (contre 4 en 2011-2012).

Les élèves qui n'ont pas pu entrer dans la première école de leur choix restent sur liste d'attente pour leur premier choix. En cas de désistement ou si un élève redouble sa sixième primaire, des places viendront à se libérer. Les écoles engorgées n'ont en outre pu inscrire des élèves qu'à hauteur de 80% de leurs capacités, laissant une marge à la Ciri pour le processus d'arbitrage.

Au vu des années antérieures, il est estimé qu'environ une moitié des élèves concernés accéderont finalement à leur premier choix. Les autres se verront proposer une autre possibilité, en fonction de leur liste de préférences.

Le Vif.be, avec Belga

Un bon nombre d'entre eux pourront toutefois rejoindre l'établissement préféré au terme du processus, précise-t-on au cabinet de la ministre de l'enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet. Le nombre de cas problématiques est sensiblement plus élevé que l'an dernier, où 4.267 écoliers s'étaient retrouvés dans la même situation (703 en plus). Au total, 69 écoles ont dû refuser des enfants, sur un total de 485 (contre 63 l'an passé). Le problème s'aggrave à Bruxelles, où 35 écoles ont affiché complet (contre 31 l'année dernière), mais la situation s'améliore dans le Brabant wallon, où trois écoles ont refusé des candidatures (contre 9). La ville de Liège est également confrontée à un engorgement, avec 10 écoles complètes (contre 4 en 2011-2012). Les élèves qui n'ont pas pu entrer dans la première école de leur choix restent sur liste d'attente pour leur premier choix. En cas de désistement ou si un élève redouble sa sixième primaire, des places viendront à se libérer. Les écoles engorgées n'ont en outre pu inscrire des élèves qu'à hauteur de 80% de leurs capacités, laissant une marge à la Ciri pour le processus d'arbitrage. Au vu des années antérieures, il est estimé qu'environ une moitié des élèves concernés accéderont finalement à leur premier choix. Les autres se verront proposer une autre possibilité, en fonction de leur liste de préférences. Le Vif.be, avec Belga