"Le vol à l'étalage a augmenté de 25 % ces cinq dernières années. Chaque jour ouvrable, des marchandises sont dérobées pour 3.246.753 euros. Sans oublier les 1.743 vols à main armée enregistrés chaque année en Belgique", indique l'UCM dans son communiqué.

La première revendication de l'organisation patronale propose l'instauration d'une sanction systématique en cas de vol à l'étalage. Une procédure analogue au système néerlandais d'"Afrekenen met winkeldieven" (AMW), qui permet la conclusion d'un accord financier entre le propriétaire du magasin et l'auteur d'un vol à l'étalage, pourrait

ainsi être envisagé.

"Notre seconde demande porte sur un meilleur accompagnement de l'indépendant victime de faits de violence. Ces agressions laissent de graves séquelles psychologiques qui peuvent nécessiter des thérapies coûteuses. Elles peuvent aussi entraîner la réduction temporaire des activités et une diminution du chiffre d'affaires. Un fonds

spécifique, alimenté par les condamnations des délinquants, devrait permettre d'indemniser les indépendants victimes."

Enfin, la dernière revendication portée par l'UCM concerne l'extension de la liste existante des investissements de sécurité donnant droit à une déduction fiscale améliorée. L'achat d'un terminal et le coût des paiements électroniques, qui permet de réduire le cash, devraient y figurer.

Levif.be avec Belga

"Le vol à l'étalage a augmenté de 25 % ces cinq dernières années. Chaque jour ouvrable, des marchandises sont dérobées pour 3.246.753 euros. Sans oublier les 1.743 vols à main armée enregistrés chaque année en Belgique", indique l'UCM dans son communiqué. La première revendication de l'organisation patronale propose l'instauration d'une sanction systématique en cas de vol à l'étalage. Une procédure analogue au système néerlandais d'"Afrekenen met winkeldieven" (AMW), qui permet la conclusion d'un accord financier entre le propriétaire du magasin et l'auteur d'un vol à l'étalage, pourrait ainsi être envisagé. "Notre seconde demande porte sur un meilleur accompagnement de l'indépendant victime de faits de violence. Ces agressions laissent de graves séquelles psychologiques qui peuvent nécessiter des thérapies coûteuses. Elles peuvent aussi entraîner la réduction temporaire des activités et une diminution du chiffre d'affaires. Un fonds spécifique, alimenté par les condamnations des délinquants, devrait permettre d'indemniser les indépendants victimes." Enfin, la dernière revendication portée par l'UCM concerne l'extension de la liste existante des investissements de sécurité donnant droit à une déduction fiscale améliorée. L'achat d'un terminal et le coût des paiements électroniques, qui permet de réduire le cash, devraient y figurer.Levif.be avec Belga