A politique inchangée, les dépenses liées au secteur augmenteraient par ailleurs d'au moins 12 milliards d'euros dans les années à venir, ajoute-t-il. "C'est une hausse jamais vue de 20% et elle pourrait être plus importante encore en raison du covid qui peut laisser des séquelles à long terme, y compris chez ceux qui n'ont développé qu'une forme légère de la maladie", pointe John Crombez. Selon ce dernier, il est plus que jamais nécessaire de bien mesurer. "Il existe de nombreuses données sur la santé mais nous ne les utilisons pas assez. Les gens voyagent dans notre système de santé mais nous ne savons pas ce qu'ils y font. On peut passer un scanner demandé par un médecin, puis aller chez un de ses confrères et repasser le même examen. Ce sont des coûts parfaitement évitables. Si on soigne chaque patient de A à Z dans une région, on peut nettement mieux le suivre. Et on peut surtout mesurer les résultats et voir quels frais sont justifiés et lesquels ne le sont pas", détaille l'ancien patron du sp.a en insistant également sur l'importance de la prévention. "La politique de prévention est une compétence communautaire. Il y a une raison pour laquelle Wouter Beke - le ministre flamand de la Santé -, comme ses prédécesseurs, investit si peu dans ce domaine: il n'y voit aucun résultat, les conséquences positives revenant au fédéral qui voit baisser les coûts des soins de santé", souligne enfin John Crombez. (Belga)

A politique inchangée, les dépenses liées au secteur augmenteraient par ailleurs d'au moins 12 milliards d'euros dans les années à venir, ajoute-t-il. "C'est une hausse jamais vue de 20% et elle pourrait être plus importante encore en raison du covid qui peut laisser des séquelles à long terme, y compris chez ceux qui n'ont développé qu'une forme légère de la maladie", pointe John Crombez. Selon ce dernier, il est plus que jamais nécessaire de bien mesurer. "Il existe de nombreuses données sur la santé mais nous ne les utilisons pas assez. Les gens voyagent dans notre système de santé mais nous ne savons pas ce qu'ils y font. On peut passer un scanner demandé par un médecin, puis aller chez un de ses confrères et repasser le même examen. Ce sont des coûts parfaitement évitables. Si on soigne chaque patient de A à Z dans une région, on peut nettement mieux le suivre. Et on peut surtout mesurer les résultats et voir quels frais sont justifiés et lesquels ne le sont pas", détaille l'ancien patron du sp.a en insistant également sur l'importance de la prévention. "La politique de prévention est une compétence communautaire. Il y a une raison pour laquelle Wouter Beke - le ministre flamand de la Santé -, comme ses prédécesseurs, investit si peu dans ce domaine: il n'y voit aucun résultat, les conséquences positives revenant au fédéral qui voit baisser les coûts des soins de santé", souligne enfin John Crombez. (Belga)