Organisée par la Fédération des étudiants francophones (FEF) et les jeunesses syndicales, l'action visait à rappeler à la ministre Glatigny, en charge de l'Enseignement supérieur, les engagements qu'elle avait pris au printemps dernier en matière de gel du minerval et de réforme du système d'allocations d'études. "Six mois plus tard, force est de constater qu'aucun de ces engagements ne s'est concrétisé", dénonce Lucas van Molle, le président de la FEF. Déjà grandissante avant la pandémie, la précarité étudiante s'est aggravée en Wallonie et à Bruxelles en raison de la crise sanitaire. Les manifestants entendaient également dénoncer mercredi la réforme programmée du décret Paysage, laquelle va resserrer dès l'année prochaine les délais laissés aux étudiants pour réussir leurs études. Une rencontre entre la ministre Glatigny et une délégation des manifestants est prévue dans le courant de l'après-midi. (Belga)

Organisée par la Fédération des étudiants francophones (FEF) et les jeunesses syndicales, l'action visait à rappeler à la ministre Glatigny, en charge de l'Enseignement supérieur, les engagements qu'elle avait pris au printemps dernier en matière de gel du minerval et de réforme du système d'allocations d'études. "Six mois plus tard, force est de constater qu'aucun de ces engagements ne s'est concrétisé", dénonce Lucas van Molle, le président de la FEF. Déjà grandissante avant la pandémie, la précarité étudiante s'est aggravée en Wallonie et à Bruxelles en raison de la crise sanitaire. Les manifestants entendaient également dénoncer mercredi la réforme programmée du décret Paysage, laquelle va resserrer dès l'année prochaine les délais laissés aux étudiants pour réussir leurs études. Une rencontre entre la ministre Glatigny et une délégation des manifestants est prévue dans le courant de l'après-midi. (Belga)