En Wallonie, les points noirs sont le Hainaut et le Namurois. "Aucun train ne part de Tournai, Namur et Charleroi vers Bruxelles. Mais quelques trains effectuent la liaison entre Mons et la capitale. Entre Liège et Bruxelles, quatre trains sur dix circulent", précise la porte-parole de la SNCB, Nathalie Pierard.

En Flandre, l'axe Anvers-Bruxelles pose toujours problème, notamment en raison des liaisons Charleroi-Anvers. Seul un train sur cinq circule entre Anvers et Bruxelles. "On note aussi des perturbations sur la ligne vers l'aéroport de Bruxelles. Pour le moment, la jonction Nord-Midi est libre, mais sa fréquentation est faible en raison du nombre réduit de trains en provenance de la Wallonie", ajoute la porte-parole de la SNCB.

Toutes les cabines de signalisation, qui sont responsables de la gestion de la signalisation et des aiguillages, sont par ailleurs opérationnelles en Flandre et à Bruxelles. Au sud du pays, en revanche, 80% d'entre elles fonctionnent dans les régions de Liège, Namur et Luxembourg, contre 20 à 25% en Hainaut, qui constitue le principal point noir à cet égard.

Pas de bouchons exceptionnels

La grève de 48 heures sur le rail belge ne provoque pas de bouchons exceptionnels sur les routes du pays, indiquent les centres d'informations routières wallon et flamand.

"La situation sur les routes wallonnes est relativement semblable à celle des autres jours.

L'impact de la grève sur le rail n'est pas plus sensible en Flandre où "le baromètre des files suit celui d'un jour ouvrable moyen", selon Peter Bruyninckx, du Vlaams Verkeerscentrum. La circulation est toutefois plus dense ce mercredi qu'un mercredi "normal", l'un des jours calmes - avec le vendredi - sur les routes belges.

En Wallonie, les points noirs sont le Hainaut et le Namurois. "Aucun train ne part de Tournai, Namur et Charleroi vers Bruxelles. Mais quelques trains effectuent la liaison entre Mons et la capitale. Entre Liège et Bruxelles, quatre trains sur dix circulent", précise la porte-parole de la SNCB, Nathalie Pierard. En Flandre, l'axe Anvers-Bruxelles pose toujours problème, notamment en raison des liaisons Charleroi-Anvers. Seul un train sur cinq circule entre Anvers et Bruxelles. "On note aussi des perturbations sur la ligne vers l'aéroport de Bruxelles. Pour le moment, la jonction Nord-Midi est libre, mais sa fréquentation est faible en raison du nombre réduit de trains en provenance de la Wallonie", ajoute la porte-parole de la SNCB. Toutes les cabines de signalisation, qui sont responsables de la gestion de la signalisation et des aiguillages, sont par ailleurs opérationnelles en Flandre et à Bruxelles. Au sud du pays, en revanche, 80% d'entre elles fonctionnent dans les régions de Liège, Namur et Luxembourg, contre 20 à 25% en Hainaut, qui constitue le principal point noir à cet égard.La grève de 48 heures sur le rail belge ne provoque pas de bouchons exceptionnels sur les routes du pays, indiquent les centres d'informations routières wallon et flamand."La situation sur les routes wallonnes est relativement semblable à celle des autres jours. L'impact de la grève sur le rail n'est pas plus sensible en Flandre où "le baromètre des files suit celui d'un jour ouvrable moyen", selon Peter Bruyninckx, du Vlaams Verkeerscentrum. La circulation est toutefois plus dense ce mercredi qu'un mercredi "normal", l'un des jours calmes - avec le vendredi - sur les routes belges.