Ce chiffre, bien que bas, doit cependant être nuancé: "le test est obligatoire mais non contraignant, ce qui pourrait expliquer un certain laxisme dans la préparation chez les étudiants", précise Martin Poriaux, porte-parole de l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares). Selon l'Ares, ce test sert en réalité de "thermomètre" afin d'évaluer la maîtrise des prérequis des étudiants et d'identifier les éventuelles lacunes avant d'entamer l'année. Chaque participant ou participante au test peut d'ailleurs consulter le détail de ses performances et reçoit la liste des activités de remise à niveau et d'aide à la réussite que l'université peut lui proposer dans le but d'augmenter ses chances de succès. Les connaissances dans six matières ont été évaluées: dans le détail, les langues, la biologie et les mathématiques apparaissent toujours mieux maîtrisées que la chimie ou la physique. Le pourcentage des réussite en français est de 74,5%, contre seulement 4,6% pour la chimie. D'après Martin Poriaux, le TOSS permet également d'améliorer la "prédictibilité" de la réussite des étudiants en première année. Ce test qui existe déjà depuis 2013 pour les étudiants en médecine, a augmenté en effet de 13% la qualité des prévisions sur la réussite par rapport à une prévision basée exclusivement sur des informations de profil individuel (données socioéconomiques, familiales, parcours scolaire, etc.). (Belga)

Ce chiffre, bien que bas, doit cependant être nuancé: "le test est obligatoire mais non contraignant, ce qui pourrait expliquer un certain laxisme dans la préparation chez les étudiants", précise Martin Poriaux, porte-parole de l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares). Selon l'Ares, ce test sert en réalité de "thermomètre" afin d'évaluer la maîtrise des prérequis des étudiants et d'identifier les éventuelles lacunes avant d'entamer l'année. Chaque participant ou participante au test peut d'ailleurs consulter le détail de ses performances et reçoit la liste des activités de remise à niveau et d'aide à la réussite que l'université peut lui proposer dans le but d'augmenter ses chances de succès. Les connaissances dans six matières ont été évaluées: dans le détail, les langues, la biologie et les mathématiques apparaissent toujours mieux maîtrisées que la chimie ou la physique. Le pourcentage des réussite en français est de 74,5%, contre seulement 4,6% pour la chimie. D'après Martin Poriaux, le TOSS permet également d'améliorer la "prédictibilité" de la réussite des étudiants en première année. Ce test qui existe déjà depuis 2013 pour les étudiants en médecine, a augmenté en effet de 13% la qualité des prévisions sur la réussite par rapport à une prévision basée exclusivement sur des informations de profil individuel (données socioéconomiques, familiales, parcours scolaire, etc.). (Belga)