Ce taux d'absentéisme dans le secteur grimpe à 6%. Lundi, pas moins de 1.800 employés dans les maisons de repos étaient absents à cause de l'épidémie. Des militaires viennent donc en appui dans des maisons de repos à Bruxelles, mais aussi à Pepinster en Wallonie, et dans sept résidences flamandes.

Pour éviter les contaminations, les employés des maisons de repos sont obligés de porter un masque buccal FFP2, et les visiteurs sont priés de faire de même. Les membres du personnel qui retournent au travail après un contact à haut risque, ne doivent pas observer de quarantaine. Ils doivent cependant réaliser un test rapide le 1 et le 3 jour.

Ce taux d'absentéisme dans le secteur grimpe à 6%. Lundi, pas moins de 1.800 employés dans les maisons de repos étaient absents à cause de l'épidémie. Des militaires viennent donc en appui dans des maisons de repos à Bruxelles, mais aussi à Pepinster en Wallonie, et dans sept résidences flamandes. Pour éviter les contaminations, les employés des maisons de repos sont obligés de porter un masque buccal FFP2, et les visiteurs sont priés de faire de même. Les membres du personnel qui retournent au travail après un contact à haut risque, ne doivent pas observer de quarantaine. Ils doivent cependant réaliser un test rapide le 1 et le 3 jour.