Un précédent bilan faisait état de 22 morts. Au cours de heurts parmi les plus violents recensés à Dacca depuis l'indépendance de ce pays défavorisé d'Asie du sud, des centaines de personnes ont en outre été blessées lorsque la police antiémeutes a dispersé lundi à l'aube un rassemblement d'islamistes dans un district majeur de Dacca. Des centaines de banquiers et de courtiers ont dû dormir dans leurs bureaux situés dans ce district commercial, Motijheel, tandis que des coups de feu ont retenti une bonne partie de la nuit. Des témoins ont indiqué que des magasins avaient été incendiés, des arbres arrachés. Des milliers de pierres gisaient sur la chaussée. La police a indiqué à l'AFP que la situation était désormais maîtrisée dans le centre de Dacca mais que de nouveaux faits de violence avaient éclaté dans d'autres parties de la ville. La principale organisation islamiste à l'origine des manifestations, le Hefajat-e-Islam, a affirmé que le bilan des victimes était beaucoup plus élevé, sans toutefois fournir de chiffres: "La police a tiré à balles réelles sans discernement sur nos manifestants non armés. Des milliers de personnes sont aussi blessées", a indiqué un porte-parole, Maolana Muin Uddin Ruhi. (Belga)

Un précédent bilan faisait état de 22 morts. Au cours de heurts parmi les plus violents recensés à Dacca depuis l'indépendance de ce pays défavorisé d'Asie du sud, des centaines de personnes ont en outre été blessées lorsque la police antiémeutes a dispersé lundi à l'aube un rassemblement d'islamistes dans un district majeur de Dacca. Des centaines de banquiers et de courtiers ont dû dormir dans leurs bureaux situés dans ce district commercial, Motijheel, tandis que des coups de feu ont retenti une bonne partie de la nuit. Des témoins ont indiqué que des magasins avaient été incendiés, des arbres arrachés. Des milliers de pierres gisaient sur la chaussée. La police a indiqué à l'AFP que la situation était désormais maîtrisée dans le centre de Dacca mais que de nouveaux faits de violence avaient éclaté dans d'autres parties de la ville. La principale organisation islamiste à l'origine des manifestations, le Hefajat-e-Islam, a affirmé que le bilan des victimes était beaucoup plus élevé, sans toutefois fournir de chiffres: "La police a tiré à balles réelles sans discernement sur nos manifestants non armés. Des milliers de personnes sont aussi blessées", a indiqué un porte-parole, Maolana Muin Uddin Ruhi. (Belga)